"L'éclat des ombres" : Voyage mystique aux îles Salomon

Jusqu'au 1er février 2015, le Musée du Quai Branly à Paris propose un véritable voyage intérieur. Une vision poétique en noir et blanc de la diversité culturelle des quelque 900 îles Salomon. De cet archipel piqué dans l'Océan Pacifique, nous avons tout à apprendre... Avec "L'éclat des Ombres", on s'initie non sans quelques frissons à la façon dont les objets matérialisent, par leurs caractéristiques techniques et  visuelles, leurs relations entre les  humains, mais aussi entre humains et entités non humaines.

Photos : © Musée du Quai Branly

« L’oeil non initié ne pourra manquer, en regardant les artefacts traditionnels des îles Salomon, de percevoir les effets visuels des coquillages polis, transformés en parures et monnaies, des contrastes entre la surface brillante de la nacre ou celle éclatante de la chaux de corail et la matité sombre du bois couvert de résine sombre ou de charbon. Ces jeux de contraste visuel renvoient à une multitude de référents culturels. »
— Magali Mélandri

Traits stylistiques communs à tout l’archipel, la brillance et le contraste des œuvres sont le fil conducteur de cette exposition. Les effets visuels  lumineux, créés par les éclats de coquillages polis incrustés dans le bois noirci, la poudre de chaux blanche peinte, l’éclat des plumes rouges ou du curcuma orangé sont intimement liés aux notions de prestige et de pouvoir, de relation aux esprits, à la chasse aux têtes, aux cérémonies funéraires et à l’environnement marin.

Les œuvres emblématiques des îles Salomon comme les figures de proue des pirogues de guerre, les reliquaires, les parures corporelles, les monnaies de plumes ou les armes seront peut-être familières aux initiés. Mais pour la plupart, au-delà de l'exceptionnelle beauté des objets présentés, on avance, pas à pas, dans un univers mystique qui nécessite un certain parcours initiatique. La scénographie de l'exposition maîtrise le jeu d'ombre et de lumière pour mieux immerger le visiteur...

De l’aube au crépuscule, les phénomènes lumineux d'irridescence et de contraste sont omniprésents dans l’environnement maritime des Salomon et sont souvent associés à la présence des « Ombres », les entités surnaturelles ou les esprits puissants des défunts. D’ouest en est, les vivants, en reproduisant ces effets visuels dans la fabrication des objets, cherchent à matérialiser les relations qu’ils entretiennent avec ces esprits des morts et ces entités invisibles qui possèdent de manière immanente un pouvoir surnaturel, appelé manaC’est ce pouvoir, à la capacité d’action illimitée, que les humains cherchent à capturer afin de jouer un rôle dans le renouvellement du monde. A travers les objets magiques, contrastés et éclatants, la présence des ancêtres se manifeste pour aider les hommes au succès des entreprises majeures: construction d’une maison de chef, d’une pirogue de navigation en haute mer ou, jusqu’à la fin du 19e siècle, mise à l'eau d’une pirogue de guerre et lancement d’une chasse aux têtes, mais aussi pêche à la bonite, récolte, initiation, mariage…

Morts... Vivants ... 

La perméabilité entre le monde des Morts et celui des Vivants est caractéristique des sociétés salomonaises. Dans les provinces occidentales et orientales, les reliquaires à crâne permettaient aux vivants de maintenir, au travers de rituels et d'offrandes, les relations avec les esprits des défunts, de les enrôler dans l'exécution des actions humaines et de contrôler ce pouvoir généré par leur passage à l'état d'ancêtre, appelé mana. Tridacne mat ou nautile irisé étaient choisis par les experts en sculpture pour matérialiser ces entités.

Dans les traditions orales des différentes cultures, les esprits des profondeurs des mers se manifestent sous la forme de trombes d'eaux, d'arc-en-ciel ou de rayons  de  soleil,  de requins, bonites, orphies ou frégates, d'êtres hybrides, humains à tête de requin  ou d'oiseau. Les hommes entretiennent leur relation à ces entités par des pratiques ritualisées comme le culte de la bonite mais aussi par la réalisation d'objets ou d'éléments d'architecture - linteaux, poteaux de hangar à pirogue - qui donnent corps, sous de multiples formes, à ces esprits dont les vivants souhaitent capter la puissance. Sublime & Fascinant...

A VOIR JUSQU'AU 1er FÉVRIER 2015 AU MUSÉE DU QUAI BRANLY

www.quaibranly.fr

Catalogue : Coédition musée du quai Branly/Somogy Éditions d’art, 224 pages, 39€