Boyan Slat, le nouveau champion des Océans

Les propositions pour soulager les océans de ses continents de plastique se suivent mais ne se ressemblent pas.  En tous cas, le pari de ce jeune Néerlandais originaire de Delft semble très prometteur. Aurait-il suffit de prononcer le mot "rentable" pour lever des fonds ? Le fait est qu'en deux ans à peine, l'adolescent (cette année 19 ans!) a non seulement conçu un concept passif innovant, étudié sa faisabilité avec une équipe de 100 volontaires et professionnels puis surtout, déjà collecté un million de dollars en un mois à peine via son seul site ! Encore deux mois de collecte de fonds et l'opération "The Ocean Cleanup" entrera en phase 2 de tests à grande échelle; le projet-pilote. Pour ce faire, le jeune Slat a besoin du double, soit deux millions de dollars...

Alors qu'il est urgent d'agir, que le beau projet Protei, l'aspirateur des mers Open-Source, avance à trop petits pas... Un autre jeune génie s'est attaqué au problème. C'est en plongeant dans les mers de Grèce que l'adolescent Boyan Slat revenu bouleversé, est devenu "obsédé" par l'urgence de trouver une solution. Son idée de base est simple : "si des bateaux ne peuvent engloutir suffisamment de déchets plastiques, il faut laisser ces déchets venir... à ce qu'il a imaginé comme d'immenses tours flottantes." Sans jamais se laisser dépasser par l'ampleur de la tâche, ni submerger par les critiques, il a planché sur son projet qui a été présenté en 2012 à la TEDx conference. Puis s'est plongé, bien entouré de spécialistes à la faisabilité qui a été présentée en juin 2014. On pourrait s'étonner de la déferlante de dons, d'admirateurs (comme de détracteurs) que son projet suscite. Mais après lecture attentive de son site www.theoceancleanup.com : on comprend combien son projet est bien ficelé. Pour vider les océans de leurs plastiques, Boyan Slat projette des barrages flottants comme des pendules inversés d'environ 11 m de large et de 58 m de haut qui pourront récupérer et absorber jusqu'à 3000 mètres cube de plastiques (soit  65 m3/jour sans interférer sur la vie marine) qui seraient ensuite emportés tous les 45 jours pour être traités et recyclés. Puisqu'il s'avère que les plastiques flottants, déjà en partie dégradés, seraient facilement transformables en huile-carburant. D'après ses études, il pourrait suffire de construire 5 de ces grandes tours (env 14 millions $ chacune) et les placer aux 5 points stratégiques des océans où viennent se concentrer les déchets plastiques (cfr entre autres les témoignages de Chris Jordan aux Midway).  Mais ce qui est vraiment génial dans ce projet OceanCleanup, c'est  la manière dont il aborde et argumente les bénéfices juteux que l'on pourrait tirer de ce grand nettoyage. Car ce ne sont pas ses yeux aussi bleus qu'une mer cristalline qui séduisent les investisseurs. Bovan Slat en bon Hollandais pragmatique a mis en avant le coût exhorbitant des dommages causés par tous les déchets non biodégradables depuis la seconde guerre. En 2014, on estime le coût de la pollution plastique pour l'ensemble de la planète a 16 milliards de dollars*. Avec son système de tour flottante, il n'en coûterait que 4,5 $ par kilo de plastique récupéré, soit 33 fois moins que par toutes les méthodes conventionnelles connues jusqu'ici. Ce, sans compter les bénéfices du carburant ensuite extrait du recyclage... et bien sûr, l'immense économie que représenterait des océans exempts de déchets non organiques. Comme Slat, nous sommes forts enthousiastes et excités, de passer à la phase suivante. Continuez à verser vos dons à Slat, son site est extrêmement attrayant et tentant... Chaque don est enregistré en direct et assorti d'un cadeau collecteur qui récompense à la hauteur de sa générosité. Chacun peut aussi voir le but s'accomplir... avec une sorte de baromètre en ligne : il ne reste que 45% des fonds à trouver. Let's go for it !

*Pour vous donner une échelle, le chiffre d'affaire net de Monsanto en 2013 a légèrement dépassé les 14 milliards de dollars US, alors cette carotte de bénéfices suffira-t-elle à motiver les troupes ?