Croatie : Brač, où s'envoler à tire d'aile…

Cette île de l’Adriatique possède l’une des plus belles plages au monde. De mai à octobre, une poignée d’initiés s’y aventurent. Pour beaucoup, l’accès reste malaisé, confidentiel… 50min de ferry, puis sillonner en voiture les petites routes… Coup de « Bol » pour nous, un vol direct relie Bruxelles à ce petit paradis en moins de 2h30!

Texte & Photos : Camille JS / Pepite Production

La Croatie, de par son histoire, est longtemps restée Terra Incognita pour bon nombre de voyageurs. Bout de terre en forme de fer à cheval, enclavée entre la Slovénie et la Bosnie-Herzégovine, la Croatie moderne est née en 1991 de la désintégration de la Yougoslavie. Maelström d’influences culturelles et d’enjeux géopolitiques, l’identité croate s’est façonnée au fil des siècles par les peuples qui ont protégé, administré ou annexé ses terres : des Grecs de l’Antiquité aux Romains, en passant par les Byzantins, les Francs, les Ottomans et surtout la République de Venise (1420-1797), puis l’Autriche (1797-1805 & 1814-1918). Histoire oblige, elle n’a longtemps connu que les touristes autrichiens, allemands, italiens et slovènes. Mais depuis son entrée dans le giron européen en 2013, une nouvelle étoile est née sous le ciel de nos transhumances estivales… Le pays géographiquement coupé en deux, comprend une partie, avec Zagreb la capitale, clairement d’Europe centrale et une seconde toute littorale, totalement orientée vers le bassin méditerranéen. C’est là, entre Split, le sublime joyau de la Dalmatie et la non moins éblouissante petite île de Hvar que l’on trouve Brač (prononcez « Bratch »). L’un des 1.165 ilots, îles et récifs de l’archipel croate, un havre de beauté, de culture et de villégiature. Enfin, tout au sud, la station balnéaire de Bol avec sa plage unique au monde, Zlatni rat ou la « Corne d’Or » incarne à elle seule, la parfaite destination de vacances…

Du raisin et des olives

C’est une toute petite île de 40 km de long sur 12 de large dominée par le vert. Ses collines ondoient, nonchalantes, jusqu’à son pic, Vidova Gora qui culmine à 778 m et domine Bol. Il y a le vert des forêts de pins et de vieux chênes, puis des maquis qui sculptent ses mini plateaux. Sur les versants sud, au-dessus du centre de Bol, sont cultivées depuis l’époque romaine sur de petites terrasses en pentes raides une variété de vignes, nommées Plavac Mali. Le vin rouge qu’elle produit, le Bolski Plavac, possède un bouquet spécifique et charmeur. Ailleurs, on se noie surtout dans le vert tendre des vergers d’olive Oblica. Chaque famille presse ses olives au moulin du village et les huiles produites de façon ancestrale, vendues via des coopératives, constituent la moitié de la production de Dalmatie. 

Sur Brač, après le vert, c’est le blanc qui domine. Le blanc de ses pierres calcaires pures et très lisses qui rappellent le marbre. Si les cultivateurs et les bergers s’en désolent car elles constellent les sols, les maçons et tailleurs exploitent avec brio leurs carrières situées au nord et les taillent depuis des millénaires. C’est de Brač que proviennent les doux pavés de Dubrovnik, de Hvar et de Split ainsi que des palais pérennes comme celui de Dioclétien (An 300) entré au patrimoine de l’Unesco avec l’ensemble du centre de Split. Nombre d’édifices célébrissimes de par le monde comme la cathédrale de Šibenik, les parlements de Vienne et de Budapest ainsi que la Maison blanche de Washington sont eux aussi largement parés de ces pierres souvent ciselées telle de la dentelle…

 Eblouissante arrivée à Hvar

Eblouissante arrivée à Hvar

Sur Brač même, les touches de ce blanc ponctuent également le décor de façon magistrale. Ceux qui débarquent en ferry dans la principale ville du nord, Supetar, en prennent déjà plein les yeux. De jour comme de nuit, le clocher de Notre Dame de l’Annonciation attire l’oeil comme un phare. Ce blanc, on le retrouve disséminé sur toute l’île, riche de villages historiques, de style pré-Roman, Renaissance tardive ou Baroque vénitien, sous forme d’églises, de sculptures, de mausolée, de chapelles, de castels et même de simples fermes dont les toits sont soit couverts de lauze lui-même peint d’un blanc étincelant. Pour se rendre compte de la variété et de la maîtrise des tailleurs de pierre, il faut visiter à 28 km de Supetar, la ville de Pučišća dont toutes les façades ruissellent de blanc. Faire un tour à l’Institut professionnel des tailleurs de pierre (Klesarka Skola, depuis 1909)… Une élite de 50 étudiants tailleurs - sculpteurs triés sur le volet y reçoit l’une des deux formations que proposent les 22 enseignants de cette école unique en son genre. Leur œuvres achevées ou en cours forment un décor qui touche les coeurs par leur perfection et apaisante harmonie.

Bleu de mer et lagons turquoise

Entre la célèbre plage Zlatni rat et le centre de la petite ville de Bol se trouvent entre autres, quatre hôtels et Resorts du groupe Bluesun. Le mieux situé et le plus beau se nomme Elaphusa, nom de l’île en Grec ancien (Elaphos: litt. Cerf). De la terrasse de notre vaste chambre, nous admirons les couchers du soleil et les ombres chamarrées qui embrasent la pointe de la Corne d’Or juste sous nos yeux, avec au loin les côtes de Hvar. Lorsqu’au petit matin, le ciel se colore de jaune, puis d’azur, la mer si bleue enlace la pointe opalescente cerclée de toutes les nuances du jade et de la turquoise. Ce n’est pas un plage de sable mais, de petits galets blancs et les micro vagues qui caressent nos orteils sont d’une eau si cristalline qu’elle hypnotise. La courbe même de la pointe de Zlatni rat varie selon les vents et l’on croit rêver devant ces terres qui dansent avec le temps. Il y a aussi le balai coloré des véliplanchistes, puis des voiliers et autres bateaux qui partent en excursion d’un jour… Ils sont une multitude à vous mener en bateau visiter Split ou l’île de Hvar, deux joyaux à l’architecture si exotique qu’on ne les manquent pour rien au monde. Mais Brač regorge aussi de lieux à explorer à pied, en vélo ou en voiture… Les plus braves adorent la randonnée pédestre bien balisée jusqu’au sommet de Vidova Gora. Nous avons opté pour la solution facile et ce fut l’une de nos plus mémorables échappées. Emmenés en bus sur les hauteurs du grand mont, nous sommes partis du sommet à deux roues, traversant, tranquilles, les sentiers, villages et lagons et longeant des bais en direction de Sumartin à l’ouest de Brač. Le grand tour alterne grande descente ou plat, bien à l’abri de forêts de pin. Un autre jour, nous sommes allés en bus (certains louent des scooters) explorer les villages perchés autour de 300-500 m de Pražnice, Donji Humac et surtout Skrip. Ancien repère de bergers, ces trois hameaux au calme idyllique sont habités depuis les temps reculés. Chacun possède de fort anciennes élises, chapelles et des masures en pierres étonnantes. Donji Humac offre un bel exemple de ces anciennes fermes au toit de pierre ruisselant de blanc et Skrip de ce mélange de styles et de cultures. Un sarcophage de pierre romain, un mur mégalithique, une église baroque et un château-fort érigé au 16e siècle durant les guerres entre Turcs et Vénitiens. Et parmi ces belles pierres, un petit musée qui garde jalousement la mémoire de l’île. On y apprend l’origine des ruines illyriennes (population de l’âge de bronze originaire des Balkans-Albanie), des tentatives de fortifications contre la pénétration grecque datant des IVe et IIIe siècle av. JC… 

CU.Brac.BolStina_SD4484.JPG

Du vin et du soleil

Rassasiés d’images, il nous reste à jouir du repos des sages… Se gorger de soleil, s’offrir un massage sur la plage, un spa à l’hôtel, paresser sur les terrasses qui longent la promenade en bord de mer. Chaque jour, nous marchons jusqu’au centre de Bol. Pour acheter des fruits sur le petit marché, marcher jusqu’au vieux monastère dominicain, s’assoir sur les bancs de l’église de St. John & Théodore, arpenter les quelques jolies boutiques ou déguster un vin de chez Stina, la plus ancienne coopérative de Dalmatie entièrement rénovée en 2009. Ce sont des rituels qui nous rapprochent des locaux. Une vieille habitude de voyage… Du coup, on reste chaque jour un moment attablé devant la mer avec en main un verre d’un nectar différent. Les vignerons de Stina élèvent désormais divers cépages autochtones ou non pour offrir des vins rouges et blancs aux noms rocailleux: Plavac Mali, Pošip, Vugava, Opol, Prošek, Crljenak… que des serveurs stylés vous font goûter plein de fierté. Tous ces vins sont de dignes Stina qui signifie « pierre » et leurs étiquettes toujours blanches, cette couleur obsédante à laquelle ici tout se réfère… 

Brač Pratique

Info :

www.croatietourisme.com/iles-de-croatie/brac

http://www.bracinfo.com/fr/

http://www.bol.hr

Y aller :

JETAIRfly : Vol direct Bruxelles-Bol inauguré en avril 2017. AR en haute saison +/- 200 €  (& VIP sélection +50€/vol) - www.tuifly.be

Séjourner

Les hôtels et Resorts Bluesun sont situés à 20 minutes de l’aéroport de Bol, bien situé en bord de mer. Seul l’Elaphusa**** dispose de chambres avec vue sur la mer & la Corne d’Or, d’une grande piscine à jets, d’un centre de Thalasso Wellness et d’une grande salle de Fitness. Il dispose d’un bar de plage, d’animateurs, d’une boite de nuit et de deux restaurants ainsi qu’un service de transfert. Free parking & Wifi. Prix/p.p. sur base d’une chambre double àpd 45€/nuit.

Visiter

Caves Stina, Bol : www.stina-vino.hr

Activités

-Plongée sous-marine, pêche, surf, planche à voile, tennis, alpinisme…

-Tour en VTT: en bas de l’hôtel se trouve une cabane de passionnés offrant divers tours ou simples locations de vélos.

 Arrivée en bateau dans le port de Hvar

Arrivée en bateau dans le port de Hvar

-Excursion d’un jour sur l’île de Brač, en voilier jusqu’à Hvar ou Split : votre hôtel ainsi que diverses cabines offrent foule d’excursions d’un jour tout au long de la promenade en bord de mer.