Dublin 'Craic & Rock and Roll’

Au diable, la morosité. Crise ou pas, Dublin, la ville de U2 et autres rockers celtes, a retrouvé son mojo, traduisez son magnétisme, sa pêche… Finis les prix délirants. Désormais on prend du bon temps à Craic City ; elle a mis du Ginger Ale dans son whiskey! Alors partout, on rock and roll’…

Texte : Sophie Dauwe & Annie Crouzet - Photos : S. Dauwe & Jean-Jacques Serol / Pepite Photography

Citytrip idéal, la ville mêle dépaysement, shopping, détentes et découvertes tout azimut dans une atmosphère grisante et bon enfant. Facile à explorer à pied, la ville est lovée de part et d’autre de l’estuaire de la Liffey. On en déflore ainsi les diverses facettes, populaire du côté de O’Connell, branchée sur les Docks, bucolique dans Phoenix Park ou turbulente à Temple Bar, de quai en quai et de ponts en ponts… Surtout, on aime le sens de l’autodérision des Dublinois, cette effervescence dans l’air (le fameux craic) qui surprend comme l’incessant jeu de cache-cache entre soleil et nuages.

Christ Church (Medieval Quarter) - © Jean-Jacques Serol 

Christ Church (Medieval Quarter) - © Jean-Jacques Serol 

Au XVIIIe siècle, la Dublin médiévale s’est mué sans transition en élégante citée géorgienne sous les rois George Ier, II & III tandis que l’Ascendancy protestante (descendants de colons anglais) menait grand train. A bord des bus de sightseeeing « Hop on-Hop off », on fait agréablement le tour de la première, admirant au passage le Dublin Castle, la cathédrale Christ Church (à l’origine la première église viking) et celle de Saint Patrick. On sillonne aussi toutes les avenues de la seconde avec ses hôtels particuliers bien conservés et ses principaux bâtiments publics. On visite bien sûr les jardins et la librairie du prestigieux Trinity College fondé par Elisabeth I en 1592 et où ont étudié Bram Stocker, Oscar Wilde ou Samuel Beckett, l’un des enfants chéris de la ville qui possède un superbe pont en forme de lyre celte à son nom. Les bus font enfin des stops aux principaux parcs (St Stephen Green & Merrion Square), où au moindre rayon de soleil, on s’allonge sur les pelouses pour rêver, lire, pique-niquer…

Hop off Grafton Street !

O'Connell Bridge & Street - © Sophie Dauwe

O'Connell Bridge & Street - © Sophie Dauwe

Pour être illico dans le tempo, plongez dans l’effervescence de cette rue piétonne qui s’étire entre Trinity College (l’université, TCD pour les intimes) et St Stephen’s Green. Entre les grandes enseignes Next et autres Marks & Spencer, on repère non sans émotions —un peu à l’écart devant l’excellent pub Bruxelles http://bruxelles.ie — la statue de Phil Lynott, chanteur et bassiste de Thin Lizzy disparu en 1986, toujours très apprécié ici. Plus loin, on prend un café au Bewley’s www.bewleys.com où Bob Gedolf enregistra ses débuts ou on s’engouffre un hamburger au Captain’s America www.captainamericas.com où jouait de Chris de Burgh.

Aujourd’hui, la rue entière est show permanent où tous les Bono (U2) en herbe y tentent leur chance en faisant la manche. Musiciens, contorsionnistes, mimes dont l’immobilité trompe même un pigeon… Grafton Street, c’est le cœur du cœur historique où l’emblématique marchande de poissons (le jour) et de charme (la nuit) Molly Malone, figée dans le bronze par Jean Rynhart, fait de la figuration.

 Guinness Storehouse - © Sophie Dauwe

 Guinness Storehouse - © Sophie Dauwe

Leçon de Guinness 

In-con-tour-na-ble la virée à la Guinness Storehouse www.guiness-storehouse.com pour tout, tout, savoir sur cette stout (bière brune), et les coulisses de sa success story. Vous apprendrez à déguster, dans les règles de l’art, votre première pint (0,56 l !), incluse dans le prix de la visite, au septième étage, dans le Gravity Bar. On y jouit d’une vue fabuleuse sur tout Dublin. Prenez vos repères : la coupole de Four Courts, l’obélisque de Phoenix Park… Ceux qui ont encore le gosier à sec enchaîneront avec la visite de la Jameson Distillery, autre lieu légendaire où vous sont dévoilé tous les secrets de ce Whiskey distillé 3 fois pour un goût incomparable (le jury n’accepte aucune contradiction) dont on déguste aussi en fin de visite un ballon bien servi, sec, au jus de Crawnberry (Canneberge) ou au Ginger Ale… www.jamesonwhiskey.com

 'The Grand Central' pub, 1 O'Connell Street # Abbey Street - © Jean-Jacques Serol

 'The Grand Central' pub, 1 O'Connell Street # Abbey Street - © Jean-Jacques Serol

Vibes en stock

Maintenant, vous pouvez vous mettre en quête d’un bon petit « vibe », c’est-à-dire d’un lieu à l’atmosphère sympa, saturé de musique. Un pub (diminutif de public house, lieu où les Irlandais s’invitent), un bar, une scène... qui feront de vous un craic addict (Prononcez crack). Car le bon temps se vit un verre à la main et des notes plein les oreilles. Sur un tabouret haut perché ou blotti au fond d’un canapé velouté, avec DJ ou groupe live, l’endroit peut être très british ou du « shabby chic » (litt : le miteux chic), esprit brocante ou carrément glamour. Dans le très huppé Powercourt Townhouse (South William Street), il est bon de s’exhiber au Lost Society, sublime Cocktail bar aux spacieuses salles idéales pour démarrer ou finir la soirée. En fin de semaine, on s’éclate (dès 23h) dans la boîte à Bono du Kitchen, sous le Clarence Hotel (East Essex Street / Temple Bar). Très cool aussi avec sa music Dj ; le Bar with No Name www.kellyshotel.com dans Fade street, car le trouver relève déjà d’un exploit que vos futurs amis irlandais apprécieront.

Temple Bar at night - © Jean-Jacques Serol

Temple Bar at night - © Jean-Jacques Serol

Fromages et Fiddle

Le samedi, Dublin a ses marchés comme le très bobo Food market de Temple Bar www.templebar.ie. Les petits fromages des frères Sheridan y sont à se damner. Et on festoie au stand d’huîtres de John Mc Inerney, une véritable institution. Avec un morceau de fiddle (violon) en prime... le bonheur ! Chance pour les lève-tard : ce marché fermier, qui se veut bio, s’étale sur une partie de l’après-midi (jusqu’à 16h30). Autre idée, insolite : allez farfouiller, en musique, of course, dans le petit Crafty market www.thecraftymarket.com. Un samedi sur deux, il tient du marché aux puces et de la foire à la création… Dans un autre style, on honore aussi les artistes qui s’exhibent les week-ends autour St Stephen’s Green… Si le soleil est de la partie, on poursuit la balade le long des quais de la Liffey, admirant le nouveau Convention Centre de l’architecte irlandais Kevin Roche. Avec le coup de pouce du flambant neuf Luas (le tram), on atteint The Point, le terminus en face de la grande salle de concert the O2 et le superbe bâtiment abritant l’hôtel Gibson. C’est là que bat le cœur du nouveau Dublin, dans le quartier des Docks www.dublindocklands.ie. Crise et récession ont ralenti les audaces architecturales et quelques structures en friche font tache. Mais de l’autre côté du pont à haubans de Santiago Calatrava Valls, on fonce vers le Grand Canal Theatre www.grandcanaltheatre.ie, tout en acier et en verre. Daniel Libeskind l’a taillé comme un diamant sur Hanover Quay et entouré d’immeubles colorés, il resplendit de mille feux sous les cieux les plus plombés. Non loin, les fans vont s’incliner devant le U2 Wall www.spottedbylocals.com/dublin/u2-wall, face aux studios décrépits du groupe rock… « U2 is my God », a écrit l’un d’eux ! Autre choc visuel, émotionnel : les statues décharnées et suppliantes du Memorial to the Great Famine (1845-1851) de Rowan Gillespie sur Custom House quay. Juste au pied d’immeubles, où les traders rescapés de la dernière crise entassent barbecue et vélo dernier cri sur leur balcon. Reste… Oups ! Encore 1001 découvertes mais… Stop ! Gardez à l’esprit : la craic attitude, c’est vraiment prendre son temps. À Dublin, passez donc en mode Slow. Une petite sieste, peut-être ? Sous les frondaisons du Merrion Square Park, admirant l’exquise statue de jade, porcelaine et granite d’Oscar Wilde (par Danny Osborne), dont l’expression ambiguë se capte selon le champ de vision.

Dublin Pratique

Infos 

Office National de Tourisme d’Irlande, Avenue Louise 66, 1050 Bruxelles. Tél. 02/275.01.71 

www.discoverireland.com/int

Liste des événements & Festivals

www.cityzeum.com/evenement/dublin

Y aller

Aer Lingus : AR au départ de Bruxelles àpd 75 €

www.aerlingus.com ou ryanair au départ de Charleroi àpd 33 €

www.ryanair.com

Logements

- The Gibson Hotel : idéal pour les accros du Rock et Art Junkies, c’est l’hôtel design qui décoiffe dans le quartier des Docks. Ch. Double en B&B àpd 119 €. +353 (0)1 433 8830 

www.thegibsonhotel.ie

-The Cliff Town House : Boutique hôtel glamour de 9 chambres au confort british et excellemment situé en face de St Stephen’s Green. Ch. Double en B&B àpd 125 €. Avec son restaurant spécialisé Seafood et son Cliff Bar Academy où l’on s’initie à l’œnologie et l’art des cocktails. +353 (0)1 638 39 39

www.theclifftownhouse.com

-Opter pour la demeure luxueuse d'un vrai Dublinois : échange de maisons chics, branchées, luxueuses

www.homechichome.com

Restaurants

- Rustic stone www.rusticstone.ie. Un chef étoilé a abandonné la course aux étoiles pour proposer une cuisine bio, équilibrée, créative (cuisson sur pierre) et plus abordable. Un Master Chef qui depuis septembre exhibe ses talents de Coq sur la télé locale (RTE2)

-Mulberry Garden Restaurant, pionnier des pop up restaurants avec The Super Club Project  et sans doute le plus couru pour le raffinement de son Chef John Wyer, l’un des Prof de la Dublin Cookery School. Ouvert les jeudis, vendredis et samedis soirs. Mulberry Lane, Donnybrook 4. (menu 3 serv/ 40 €) Tel : +353 (1) 2693300

www.mulberrygarden.ie

-Crackbird, l’un des derniers ‘pop up’ ultra branchés. Spécialités de poulet et ambiance jusque tard dans la nuit. South William Street 34.

Visiter Dublin autrement 

Façon déjantée en voiture amphibie, casque de Viking (les fondateurs de Dublin) sur la tête, cela chahute sec.

www.vikingsplash.ie

Mode hype en Segway®, un petit tour des Docks. 

www.glidetours.ie

Sortir

-The Kitchen : Ze place to dance Rock & more… Réouverte en mars 2011, cette boîte de nuit sous The Clarence Hotel est l’un des fief de U2.

Concerts

Se renseigner : 

www.indublin.ie

Les principales scènes : The O2

www.theo2.ie

pour les grandes pointures (14 000 places !), pour des concerts confidentiels,  The Village 

www.thevillagevenue.com,  

Whelan’s

www.whelanslive.com

ou The Workman’s

www.theworkmansclub.com

Á ne pas rater, les nouveaux prodiges de Dublin : The Coronas

http://thecoronas.net

ou The Script

www.thescriptmusic.com

Réserver et payer une place : 

www.ticketmaster.ie

Update

on 2012-09-11 08:35 by Sophie Dauwe

Cork © JJ Serol 

Cork © JJ Serol 

QUE FAIRE, QUE VOIR, CET AUTOMNE EN IRLANDE ?

Aux sublimes couleurs automnales qui habillent l'irlande à l'automne s'ajoutent quelques festivals sensationnels :

- Au sud du pays, l'adorable petite ville historique de Corkavec son centre piétonnier  rééditera son annuel Guinness Jazz Festival du 26 au 29 octobre2012. Ce Festival organisé depuis 1978 est un des événements de réputation mondiale qui attire le plus de visiteurs, en Irlande. Fin octobre est donc un moment de rare intensité pour visiter Cork et profiter des excellents concerts de jazz, de l'ambiance inégalable encore amplifiée par de surprenantes animations de rue. Durant un court séjour, vous pourrez facilement associer la musique jazz de Cork à l'exploration de la côte sud de l'Irlande. De nombreuses possibilités s'offriront à vous, comme la visite du Blarney Castle, le plus vieux château d'Irlande ou de la petite ville portuaire de Kinsale, que l'on appelle aussi la «capitale culinaire» du pays. En outre, vous découvrirez le microclimat de cette région méridionale, où le soleil brille et les températures sont douces, même en automnewww.guinnessjazzfestival.com

VOLS DIRECTS PARIS-CORK dès 55,99 € & une foule d'hébergements à mini-prix

www.discoverireland.com

- Quelle que soit la saison, Belfast est une ville agréable, qui vaut la peine d'être vue. Mais du 19 octobre au 4 novembre 2012, elle vivra au rytme endiablé du Belfast Festival at Queens. Ce festival passionne tout le monde, en raison de son programme varié. Il présente un vaste choix de concerts, que ce soit de musique classique, pop, mondiale, folk ou de jazz, ainsi que de la danse, du théâtre et des séances de cinéma. Le programme comprend une multitude de manifestations de premier ordre, comme le double concert de Van Morrison et une représentation d'Ulysse de James Joyce. Ce festival se déroulera dans presque tous les quartiers de Belfast, dans 25 lieux différents, tels que des théâtres, des églises, des centres artistiques, des bars et des parcs. Vous découvrirez non seulement les meilleures créations du monde artistique irlandais, mais aussi un éventail d'artistes internationaux. Pour prolonger votre escapade à Belfast, prévoyez des excursions vers quelques pépites d'Irlande du Nord, comme l'impressionnante côte en basalte du Giant’s Causeway www.belfastfestival.com

-Enfin à Dublin, les amateurs de théâtre auront la chance d'assister du 27 septembre au 14 octobre au Dublin Theatre Festival, qui a lieu chaque année. Lui aussi de renommée internationale, il accueille le gratin des troupes de théâtre et écrivains irlandais. Le programme inclus aussi quelques compagnies de théâtre étrangères, comme The Wooster Group en  provenance d'Amérique. Pendant le Theatre Festival, Dublin se transforme en ville du théâtre, mais aussi en pôle d'attraction pour les amateurs de littérature, surtout depuis que l'UNESCO lui a accordé, en 2012, le titre de Ville UNESCO de littérature ! www.dublintheatrefestival.com