Les troglodytes de la Vallée des Rois

Bâtis en tuffeau, les célèbres châteaux de la Loire vont de pair avec un monde souterrain dont on redécouvre les vertus et agréments. Entretenus, restaurés, nombre de ces troglodytes sont toujours habités ou abritent musées, restaurants et hôtels de charme.

Texte & Photos : Camille JS / Pepite Photography

Château d'Azay-le-Rideau

Château d'Azay-le-Rideau

En Val de Loire (région du Centre), le plus long fleuve de France traverse une vallée qui fut longtemps terres royales… Les Valois installent à Tours la capitale du Royaume de France de 1461 à 1594. Séduits par la nouvelle esthétique et l’art de vivre en vogue alors au pays de Léonard de Vinci, ils inviteront artistes et artisans italiens et installeront peu à peu la Renaissance en Val de Loire. Les châteaux royaux d’Amboise et de Blois sont rénovés. Mais se dressent aussi nombre de splendeurs comme Chambord ou Chenonceau, de « simples châteaux de cour » destinés au seul plaisir. D’Orléans à Angers, soit sur à peine 280 km, il suffit de longer le fleuve pour remonter le fil du temps. La concentration de châteaux, manoirs, églises et abbayes est si spectaculaire que le Val de Loire a glissé dans la postérité comme l’un des plus précieux sites de France. En 2000, cet inestimable paysage culturel est même inscrit, de Sully-sur-Loire à Chalonnes-sur-Loire, sur le patrimoine mondial de l’UNESCO. 

Tant de gloire fait parfois oublier la pierre aux reflets d’or qui a révélé la beauté de ces trésors d‘architecture. Elle a surtout estompé son corollaire; l’univers souterrain qui s’est creusé au fil des siècles pour l’extraire des entrailles de la terre. Le tuffeau, cette pierre calcaire blanche ou jaune, est utilisé depuis la nuit des temps pour la construction des villes et des églises et bien sûr, des châteaux. Une pierre tendre et poreuse héritée du crétacé qui donne d’ailleurs du fil à retordre aux conservateurs du patrimoine car nombre des célèbres châteaux nécessitent de constantes rénovations pour remplacer les pierres érodées par la pluie et le vent. Les sous-sols d’Anjou, de Touraine et du Poitou partagent ce même cadeau de la nature. Les hommes l’exploitent depuis toujours, tirant parti non seulement des galeries formées par les mines d’extraction mais aussi de celles, offertes par la nature, lorsque le tuffeau se désagrège sous l’action de l’eau. Les voilà donc ces fameux troglodytes, parfois simples refuges souterrains, parfois habitations seigneuriales, mais aussi champignonnières, caves viticoles et même, chapelles ou églises. Ils ne sont pas liés à une culture particulière. On en trouve un peu partout sur la planète, dès que la roche tendre se prête à la taille et invite l’homme à s’y réfugier. En France, il y en a aussi dans la vallée de la Seine, dans le Bordelais et le long du Loir, à Trôo. Ils frisent parfois le « labyrinthe » mais une chose est sûre, tous arborent les mêmes plafonds voûtés taillés dans le roc, les mêmes portes et fenêtres à flanc de falaises, intrigantes et dédoublant la surface de la terre…

De coteaux et de plaines

Les entrées discrètes des troglodytes © JJ Serol

Les entrées discrètes des troglodytes © JJ Serol

Les troglodytes paraissent d’autant plus fantastiques qu’il faut souvent un peu de persévérance pour les dénicher. Ceux qui ponctuent secrètement le Val de Loire sont sans doute parmi les plus spectaculaires. Cherchez en contrebas du petit hameau de Turquant, entre Montsoreau et Saumur, le long d’un mur rocheux. À ses pieds, s’étalent des vignobles. Ces troglos de coteaux alternent des caves à vins, d’anciennes granges et des abris divers. On tombe aussi sur d’élégantes masures accolées à la roche. Elles semblent petites mais une partie de l’habitat se poursuit généralement dans la falaise. Une trentaine de kilomètres plus loin, au sud de Saumur, le village de Doué-la-Fontaine offre une variante. Là où 80.000 roses parfument chaque été les campagnes —l’un des principaux producteurs en France, s’étendait il y a 12 millions d’années la mer des faluns. La sédimentation de coquillages et de débris marins a donné naissance à une roche très tôt creusée, au milieu de la plaine, par les hommes. En plus de pierres à bâtir extraites jusqu’à l’aube du XXe siècle, ils trouvaient du sable et de la chaux qu’ils utilisaient comme engrais sur les champs. Quant aux blocs de pierre, en des temps reculés jusqu’à l’invasion des vikings, on y taillait des sarcophages... À Doué, cette immense cave d’extraction de plus d’un hectare se visite, ainsi qu’un zoo (Bioparc, aujourd'hui considéré comme la second plus beau zoo de France) sur un vaste site troglodytique réaménagé. Il y a aussi un restaurant ayant pour cadre une cave médiévale taillée au XIIe siècle. Dans les alentours, à Forges, à Rochemenier ou encore à Dénezé-sous-Doué, on visite des villages entiers avec leurs fermes mais aussi des souterrains refuges et d’étranges hauts-reliefs sculptés pendant les guerres de religion.

Revenant sur Azay-le-Rideau, on trouve non loin du superbe château, dans la vallée des Goupillères, une ferme troglodytique remise en scène avec ses outils et animaux. Une initiative privée et joliment didactique qui permet d’imaginer la vie d’alors qui s’articulait, dans la pièce principale, autour d’un grand âtre servant aussi de four à pain. Toute proche également, Troglododo est un sublime havre de paix qui invite enfin à poser ses valises...

Le petit Troglo de Jean et Cathy (avant rénovation) - © JJ Serol

Le petit Troglo de Jean et Cathy (avant rénovation) - © JJ Serol

Alain et Cathy, des enfants de la région, ont acquis une ancienne ferme troglodytique de vignerons datant du 16e et 17e S, exposée plein sud à flanc de coteau, entouré de verdure et dominant la vallée de l’Indre. Artisan maçon passionné, Alain a taillé pierre après pierre pendant de longues années cet antre si séduisant, rénovant, agrandissant son nid de constructions intégrées à la roche, elles aussi en tuffeau. De quelques modestes chambres insolites aménagées avec goût au creux de ses roches, il a peu à peu bâti un véritable hôtel de charme trois étoiles, assainissant, remodelant et redécorant toujours plus luxueusement… A deux pas du château d’Azay-le-Rideau, en Touraine, Troglododo propose aujourd’hui 8 chambres dont deux suites (55 & 63 m2). C’est divin… On y constate combien la température y est étrangement constante (14°C env) garantissant fraîcheur en été et grâce à quelques bûches dans la cheminée, agréable en hiver. Isotherme et naturellement écologique, on y apprécie aussi le calme inhabituel. Car le son ne s’y propage pas comme dans une maison moderne. Il n’entre à pas feutré que par la porte et les fenêtres lorsqu’on l’y invite…  

Nouvelles chambres Troglododo 2015 ©Troglododo

Petit Troglo avec sa déco d'origine

Petit Troglo avec sa déco d'origine

Bons plans en Val de Loire

Y aller

En TGV Bruxelles-Midi - Tours / St Pierre des Cors (3h) :  www.b-rail.be 

Logements de charme

- Troglododo, chez Cathy & Alain Sarrazin, 9 Chemin des Caves, 37190 Azay-le-Rideau. Tel : +33 (0)2 47 45 31 25. www.troglododo.com - Chambre double entre 80 et 115 euros +pt déjeuner: 10€ /Par Pers.

- La Turcane, chez Paola Tranchant, 4 Ruelle de la Cour du Puits, 49 730 Turquant. Tel : +33 2 41 38 37 44. www.la-turcane.fr Nuitées 2 pers pt déj compris : àpd 65 €.

Bonnes tables

- L’auberge du XIIe siècle, restaurant gastronomique (1* Michelin), 1 rue du Château, 37190 Saché (Azay-le-Rideau). Tel +33 2 47 26 88 77.

- Le Caveau, restaurant troglodytique XIIe siècle taillé dans le falun. Spécialités de la région : fouaces, galipettes et vin d’Anjou rouge. Ouvert du 15 avril au 15 septembre. Place du Champ de Foire ; 49700 Doué-la-Fontaine. Tel : +33 2 41 59 98 28.

Sites troglos dans la région

- La vallée troglodytique des Goupillères (ensemble de fermes troglos, musée de la vie paysanne dans un site exceptionnel) à Azay-le-Rideau : +33 (0)2 47 966 60 84. www.troglodytedesgoupillieres.fr

-La cave aux sarcophages à Doué-la-fontaine (Maine & Loire): dite "la perle des troglodytiques" (classé aux monuments historiques, refuge viking, sarcophages mérovingiens, chapelle...). Ouvert tous les jours de 14h30 à 19h. Contact :+33 2 41 59 24 95 – www.troglo-sarcophages.fr 

La Sablière, à Doué-la-fontaine : ancienne carrière de sable de falun & distillerie artisanale d’eau de rose. Ouvert d’avril à octobre de 10-12h & 14h-19h. Contact : +33 2 41 59 96 83 – www.histoirederose.com 

-Le (Zoo) Bioparc de Doué : 1000 animaux / 123 espèces dont 41 sur la Liste Rouge de l'IUCN. Ouvert du 7 février au 1er novembre. Tel : +33 2 41 59 18 58. www.bioparc-zoo.fr

-La « Cave aux sculptures » à Dénezé-sous-Doué. Ouvert d’avril à fin septembre. Tel : +33 241 59 15 40.

-Village troglodytique de Rochemenier : Musée paysan situé en Anjou... Visites surprises (Annie Brethon, spectacle, visites thématiques (vins), etc. Ouvert d’avril à fin octobre de 9h30 à 19h. (printemps et automne: vérifier horaires sur le site. Tél : +33 2 41 59 18 15. www.troglodyte.fr

- L’Hélice terrestre de l’Orbière à 49350 Saint-Gorges-des-Sept-Voies : ancien habitat troglodyte remodelé par le sculpteur Warminski… Divers spectacles ('jonglage' musical et autres acrobaties) à voir ! Ouvert toute l’année. Tel : +33 2 41 57 92 92. heliceterrestre.canalblog.com

Infos

OT Tours : +33 (0)2 47 70 37 37 - www.tours-tourisme.fr

CRT Centre (Val de Loire) : +33 (0)2  38 79 95 08 - www.visaloire.com 

Maison de la France, 21 avenue de la Toison d’or. 1050 Bruxelles. 0902 88 025 (0.15 €/12 sec) - www.franceguide.com