Tout arrêter et partir au paradis 

« Jeunes retraités » sous le ciel azur de nouveaux horizons… Vous êtes chaque année plus nombreux à prendre le large, à démarrer une autre vie ailleurs. Mais un changement à 180° demande enquêtes et réflexions. Voici des pistes pour faire les bons choix...

Bretagne, car la France est la préfére des Belges, Anglais et des Hollandais lorsqu'il s'agit d'établir une résidence secondaire... © S. Dauwe

Bretagne, car la France est la préfére des Belges, Anglais et des Hollandais lorsqu'il s'agit d'établir une résidence secondaire... © S. Dauwe

Texte & photos : Camille JS / Pepite Photography

Envie de soleil, frustré de nature, épuisé par les grandes villes, soif d’autres cultures, lassé du train-train, santé vacillante… Il y a mille raisons qui peuvent pousser à changer de vie, à surtout vouloir vivre ailleurs, plus cool, sur un tempo radicalement différent. Mais partir, tout laisser, peut aussi être un leurre. Nos peurs s’invitent toujours dans nos valises, tous les psys vous le diront. En revanche, point n’est besoin d’avoir gagné à Win for Life, boursicoté, hérité d’oncle Picsou ou d’être à la tête d’une start’up pour envisager une retraite anticipée. Après avoir bien réfléchi sur ses désirs et besoins, une retraite anticipée et/ou sous le soleil est parfaitement envisageable. 

Près de Kep au Cambodge © S. Dauwe

Près de Kep au Cambodge © S. Dauwe

Etes-vous réellement prêt à partir ? 

Ne s’agit-il pas juste d’un rêve, d’un caprice ? N’êtes-vous pas à deux pas de faire la bourde de votre vie ?

Mini-Quiz :

-Avez-vous contracté un (ou des) emprunt(s) hypothécaire(s) dont vous ne remboursez encore que peu de capital ?

-Avez-vous une tribu d’amis, des enfants ou petits-enfants en (bas) âge qui requiert toute votre attention et disponibilité ?

-Etes-vous fondamentalement attachée à votre ville, votre quartier, votre région ? Y prenez-vous une part active ?

-Vous reste-il des ambitions professionnelles aliénées à votre lieu de résidence actuel ?

-Avez-vous des pépins de santé, une maladie qui évolue et vous lie à des docteurs et une prise en charge par la mutuelle ?

-L’inconnu, l’aventure, le changement sont-ils de nature à vous bouleverser –voire vous tétaniser ?

Si vous répondez NON à chacune de ces questions, vous êtes probablement prêt à partir…

 

Comment choisir son futur paradis ?

Croisière autour des iles grecques... © S. Dauwe

Croisière autour des iles grecques... © S. Dauwe

Les 7 clés du bon choix

Vivre ailleurs, vivre mieux avec la même somme dont on dispose ici, c’est possible. Mais il ne suffit pas d’une semaine de vacances en été pour être apte à décider si une région est faite pour vous. Il faudra revenir plusieurs fois en diverses saisons avant de faire un choix définitif. Et éplucher attentivement sept indices révélateurs de votre futur paradis.

  1. Le prix de l’immobilier. On s’informe sur le prix au m2. La valeur des terres et des biens (si c’est très bon marché, sans doute revendrez- vous à perte…). De quelle qualité parle-t-on ? (Le toit ne va-t-il pas s’écrouler aux premières pluies ?)  Vaut-il mieux acheter ou louer ? Certains pays vous invitent à investir à faible coût, mais gare à y laisser des plumes. Dans d’autres, c’est carrément impossible si l’on a pas le passeport des nationaux : cfr Thaïlande, Cambodge, Indonésie, Philippines…
  2. Le coût de la vie. Oui, encore le porte-feuille. Car pas question d’y perdre en confort. Une fois analysé le coût de son caddie hebdomadaire, les charges de l’habitation, de l’Internet, des soins (coiffeur, dentiste…), des sorties(sport, cinéma…), des taxes locales et des moyens de transports… On peut décider qu’un endroit vous convient. Malheur à ceux qui calcule trop juste, quand par exemple les billets d’avion pour revenir au pays sont exorbitantes (cfr. Australie…). Vous avez des enfants et/ou petits-enfants ?
  3. Le Climat. C’est essentiel. Le soleil fait souvent rêver, mais supportez-vous une chaleur sèche ou humide ? Pas la peine de partir sous le soleil si c’est pour s’enfermer dans des locaux climatisés ouvivre tout volet baissé ! Etes-vous fait pour connaître les quatre saisons ou une moiteur tropicale toujours égale ? Serez-vous effrayé par les récurrents typhons et cyclones ? Le corps de chacun s’épanouit différemment selon les climats. Pensez à demain et aux après-demain… Aucun de nous ne rajeunit. Faite un bilan santé complet et choisissez en fonction de toutes les variables. En France, combien ont abandonné leur mas si fièrement acquis ne supportant plus ni Mistral, ni Tramontane, ni Sirocco…
  4. Les Soins de santé. Avec le temps, ce point prend de l’importance. Tout dépend de votre état de santé général, mais aussi de vos convictions et de votre degré de confiance. Car on y pense rarement, quand onpart. Il faut tout recommencer. Retrouver un bon-ci, un bon-là peut se révéler un parcours épuisant. En Asie, les médecins allient souvent médecine traditionnelle, phytothérapie et autres médecines douces. Les médicaments sont donnés à la pièce selon le strict nécessaire. En revanche, la Thaïlande comme le Vietnam possèdent des hôpitaux privés offrant d’excellents services très recherchés. En Amérique Latine, il faudra parfois faire des kilomètres pour se payer compétence et soins adéquats. Allez-vous prendre un billet d’avion retour au premier virus qui passe ? 
  5. Culture et Loisirs. Aah, le retour à la nature… Un havre de paix avec des îles piquetées sur l’océan ou des collines verdoyantes ondulant à l’infini, c’est divin… Un jour, une semaine, un mois ? Et après ? Même un moine Zen ne se contente pas d’observer l’horizon de l’aube au couchant. Sans compter que certains d’entre nous sont nés citadin et le reste à perpet’. Dans votre nouveau paradis, est-il possible d’aller au cinéma, voir une exposition ou un concert intéressant sans devoir affréter un jet privé ? Pourriez-vous envisager de faire du Yoga, du Taiji ou du théâtre avec une communauté locale ?
  6. Les infrastructures. Allez-vous devoir entretenir une fosse septique ? Avez-vous idée de l’état réel des routes et des moyens de transport qui entourent votre nouveau nid ? Vous faudra-t-il un scooter, une voiture ? Votre lopin de terra aura-t-il accès à l’électricité ?  Se connecte-t-on facilement à Internet ? Etre isolé de tout est une chose. S avoir qu’on peut rejoindre une métropole en moins d’une heure est plus qu’une sécurité. C’est quasi une nécessité à garder à l’œil durant vos recherches.
  7. Intégration et bénéfices. Avoir un toit et une nourriture saine à petit prix, bénéficier d’avantages qu’offrent certains pays aux Seniors étrangers (Facilité Visa long séjour cfr. Indonésie, taxes réduites)… C’est cool, mais avez-vous pensé à l’importance du réseau social ? Les locaux parlent-ils votre langue ou parlez-vous la langue du pays ? Y aura-t-il un centre Wallonie Bruxelles comme à Kinshasa (cfr. UFEB) ou un Alliance française comme à Hanoi ? Ou au moins une communauté d’expats avec un club sympa ?

 

Aux sources de l’info

En matière de retraite à l’étranger, le magazine International Living fait mondialement autorité depuis 1979. Conçu par et pour les Américains, il fourmille de bons plans, d’idées et de témoignages. Même s’il s’adresse aux Anglophones, c’est lui qui établit depuis longue date palmarès et grandes tendances. Depuis 2010, le site français Retraite-etranger.fr largement inspiré par son homologue américain propose également foule d’articles pour « vivre mieux en dépensant moins » et établit son palmarès, bien sûr plus proche de nos goûts… Le très consulté Blog.seniorenforme.com nous apprend que plus 1,3 millions de retraités français vivent déjà à l’étranger. En Belgique, c’est sur Fiftytoo.be que l’on trouve les infos les plus pertinentes pour préparer sa pension dès 5O ans. Plus de 40.000 Belges profitent de leur retraite à l’étranger, en France pour l’essentiel... N’empêche, c’est 50% de plus qu’il y a dix ans et le mouvement ne cesse de s’amplifier… C’est l’un des effets de la Mondialisation !

 


Palmarès 2015 des pays les plus prisés par les retraités* 

Le Maroc (2) (climat méditerranéen, langue française et culture riche, les riads rénovés a été le Must de ces dernières années)  a perdu sa première place au profit du Portugal (1), (surtout l’Algarve) pays rassurant car au sein de l’UE mais au coût de vie attractif doublé d’atouts fiscaux attrayants (pas d’impôt sur les retraites pendant 10 ans, pas de droits de succession, ni d’impôts sur fortune). La Thaïlande (3) perd deux places, mais devance encore Bali (4) qui en gagne deux ! À regarder la totalité du Top 10, c’est sans doute le changement le plus frappant. Les francophones quittent le Maroc et achètent à Bali où il est possible de faire construire et de réaliser rapidement de fortes plue-values, tant la destination est à la mode. L’Espagne (5), surtout juste après la frontière catalane, entre Cadaquès et Begur, où la chute de l’immobilier met soudain sur le marché foule de petites maisons modernes avec de très beaux jardins à partir de 250.000 euros. Les plus aisés s’exilent toujours à l’île Maurice (6) tandis que les inconditionnels de l’Afrique de l’ouest aiment plus que jamais le Sénégal (7), pays francophone qui a gagné deux places. La République dominicaine (8), la Grèce (9) suivent et la Tunisie (10) obtient étonnement la dernière place au détriment de l’Italie. 

*Français !


4 paradis dépaysants auxquels on pense rarement

Dans le delta du Mékong © S. Dauwe

Dans le delta du Mékong © S. Dauwe

1 . Le Vietnam permet à un couple de vivre confortablement pour quelque 1000 euros par mois. (Moins encore si vous optez pour le Cambodge ou le Laos)

Les + : Flat àpd 180 € /mois. Repas sains : (en rue) dès 1 €, Internet illimité : àpd 13€/mois, Electricité : 31 €/mois, Resto chic pour 2 : 36 €, femme de ménage : 1,8 € /h…

Les - : Excellents services hospitaliers mais, au moins aussi chers qu’en Europe. Climat excellent en hiver (sauf au nord, Hanoi est très froide), agréable au printemps et à l’automne. Attention à l’été (surtout juillet-août) : moussons, typhons et fortes chaleurs humides (36/40°c)

 

2. Le Panama, la destination chouchou des Américains, offre un « pensionado visa »  à tout étranger justifiant une pension d’au moins 1000 dollars US (911 euros). 

Les + : Ce fameux visa s’accompagne d’un paquet d’avantages : 25% sur les compagnies aériennes, sur notes d’énergie et téléphone, 30% sur tous les transports en commun, 30 à 50% dans les hôtels, 15% sur les notes médicales… Pas mal sachant que le coût de la vie y est en moyenne 30% moins élevée que chez nous. Hub de transport aérien et maritime, le Panama possède en plus parmi les plus belles plages du Pacifique et des montagnes à la végétation tropicale, un climat idéal pour toutes les activités outdoor et de nombreuses possibilités de socialiser…

Les - : Mieux vaut connaître l’Espagnol ou l’Anglais

 

3. Malte pour combiner le climat méditerranéen à l’histoire.  

Les + : Le coût de la vie y est comme au Portugal, 25% moins cher que chez nous. L’Art et l’Histoire sont omniprésents (Malte inclut 9 sites classés par l’UNESCO). Soleil garanti et hiver très doux, taux de criminalité extrêmement bas.

Les - : Pas de plages exceptionnelles, immobilier assez cher

 

Au coeur de la Transylvanie © S. Dauwe

Au coeur de la Transylvanie © S. Dauwe

4. La Roumanie, pour vivre pas cher tout en restant dans l’UE. 

Les + : Villes, campagnes, Carpathes ou plages de la Mer Noire, les paysages sont variés et ce seul peuple latin des pays de l’Est, très attachant. Beaucoup parle le français comme il n’est pas difficile pour nous d’apprendre le roumain. Coût de la vie : un couple y vit confortablement pour 1000 €/mois, Femme de ménage : 2€/h…

Les - : Climat continental aux saisons bien marquées et neige en hiver (stations de ski), mentalité années’ 60.


En Gambie, pas très loin de l'équateur... ©JJ Serol

En Gambie, pas très loin de l'équateur... ©JJ Serol

Les climats les plus seins et agréables de la planète

Après avoir passé au crible plus de 100 pays, les enquêteurs d’InternationalLiving.com sont catégoriques : le climat idéal pour les plus de 50 ans se trouve au croisement des tropiques du Cancer et du Capricorne. Combinant une altitude pure, facilement supportable, de 1500 mètres et une température d’environ 23°c, l’Equateur, la Colombie et le Mexique remportent toutes les palmes. T-shirt et short toute l’année, 12h de lumière par jour, deux saisons (l’une sèche, l’autre plus humide) et des nuits rarement au-dessous des 10°, voilà de quoi vivre centenaire... 


Yoga en Inde © JJ Serol

Yoga en Inde © JJ Serol

Les jobs les plus populaires des retraités

Esprit ouvert, toujours actif… La plupart des retraités exilés aiment travailler avec parcimonie, pour le plaisir, pour s’intégrer mais surtout pour financer une partie (voire la totalité) de leur pension…

Encore faut-il être flexible… 

-Qui ne peut donner des cours de sa langue nataleen privé ou dans les écoles ? L’anglais est demandé partout, mais le français est très prisé aussi. Vous avez d’autres dons ? Partagez-les…

-Très recherché dans le domaine du marqueting ; le copywriting job idéal partout dans le monde ne demande qu’un ordinateur. Il s’agit d’écrire, de traduire ou de réécrire dans votre langue de façon avenante et persuasive des lettres, des brochures, du contenu de site web…

-Ecrire et vendre ses récits de voyage. Les magazines en ligne (comme les derniers grands « papiers) sont toujours en quête de bons articles bien documentés et ponctués de vécus. 

-Si en plus, vous avez l’œil, un appareil photo correct et une connexion Internet décente, vous augmenterez la valeur de vos articles et pourrez alimenter les dizaines de (micro) banques d’images sans cesse en quête de nouvelles images… C’est parfois un job de bénédictin, mais la liberté est totale et le secteur du tourisme et des loisirs ne sera jamais en crise.

-Acheter & Vendre : regardez autour de vous ce qui se consomme le mieux, créez un site web ou revendez partout dans le monde via des plateformes de vente. Si le lieu, le pays s’y prête et que vous avez une brique dans le ventre. Achetez, rénovez, louez, revendez… Partout sauf en France, les plus-values immobilières sont peu ou pas taxées. 


Trouver des infos et rester en contact :

Le guide pratique du pensionné à télécharger sur le site de l’ONP : www.rvonp.fgov.be

Le site des 50+ jeunes et dynamiques :

fiftytoo.be (Lire « Votre pension à l’étranger » : tous les conseils pour s’installer, déménager, recevoir sa pension, se faire des amis…)

La fédération des retraités & pré-retraités : www.fediplus.be

Recevoir des conseils pour organiser son départ : Union francophone des Belges à l’étranger : www.ufbe.be

Le site des expats belges : www.belgexpat.net 

Le média des Français et francophones à l’étranger : www.lepetitjournal.com/expat