La BRENNE, le Cercle des poètes inspirés

Héron cendré vs ragondin

Héron cendré vs ragondin

Aux confins Sud-Ouest du Berry se trouve un pays où les oiseaux sont rois. Une terre de marais, d'étangs, de bocages et de châteaux secrets enlacés de forêts. Survol d’un parc naturel régional, remarquable et très confidentiel…

la "Bonde" qui ponctue les étangs de la Brenne

la "Bonde" qui ponctue les étangs de la Brenne

À l’aube et au couchant surtout, ornithologues et amateurs de nature préservée convergent dans les observatoires. Comme dans une salle de cinéma 3D, ils admirent et écoutent les shows de grandes stars avec un confort acoustique aussi performant qu’un système Dolby Digital / THX ou DTS. Parmi les acteurs principaux qui défilent sur le tapis ocre-jade, j’aperçois de grandes aigrettes blanches, des hérons pourprés et des grèbes castagneux, à cou noir, des butors étoilés, des rousserolles effarvattes ou des phragmites des joncs... Les voir si près, si nombreux, si beaux, si actifs... C’est tout simplement renversant! Trois minutes dans ces abris et l’on devient photomaniaques. Certains viennent même en tenue de complète de camouflage (jusqu'à leurs gros zooms bardés de 'nuages' kaki) armés de patience, jumelles et casse-croûte dans la besace. Ils peuvent rester des heures immobiles parce qu'un spectacle pareil, peu de régions peuvent en programmer de si beau. Du printemps à l'automne, mais aussi en hiver, des migrateurs se posent le temps de dormir, chasser, parader... et ressourcer nos âmes éperdues. Car soyons honnêtes, depuis l'enfance, qui ne chérit ces boules de plumes? Pourrions-nous imaginer un monde sans oiseaux? Un matin sans écouter leur chant... Là, au cœur des marais ou tapie dans le creux d’un bocage de cette « Grande Brenne », me voilà immergée dans un univers où l’homme, pour sûr, n’est que hôte toléré… et de préférence mélomane. Car ici, toutes les ritournelles se succèdent et s’entremêlent : acuto (aigu, perçant), agitato, allegretto, depuis les concertini, souvent crescendo, fortissimo ou moderato, jusqu'aux adagio, a due ou sotto voce...

Silencieux comme une carpe?

Plus de 3000 étangs constellent le nord de la vallée de la Creuze qui sépare la «Grande» de la «Petite Brenne». Ce département de l'Indre ne compte que 33.750 habitants vivant principalement lovés dans les courbes de la vallée, mais le Parc Naturel régional de la Brenne (intégré au réseau européen Natura 2000) couvre la quasi totalité de ses 183.000 hectares… Au Moyen-âge, tout était couvert de forêts. Peu à peu grignotées par les hommes, elles ont cédé leur place à un paysage de landes et de buttons (petites buttes). Dans ce décor d'apparence si naturel, des milliers de petits étangs interconnectés ont progressivement été modelé pour accueillir l'élevage de carpes. Seigneurs, bourgeois, marchands, paysans; tous ont participé à l’essor de la pisciculture. Asséchés quelques fois comme pendant la révolution ou à la fin du XIXe, ces étangs à présent modernisés fournissent chaque année 1.200 tonnes de poissons, dont 60% de carpes royales pour l’exportation, sans compter les brochets et gardons vendus pour repeupler rivières et plans d’eau. La plupart des étangs ne dépassent pas les 10 ha et sont privés. Puis il y a aussi quelques géants comme la Mer Rouge (160 ha), la Gabrière ou le Blizon. Tous sont cerclés d’une multitude de chemins ruraux, eux bien destinés au public et généralement balisés pour la randonnée pédestre et cycliste. Le vélo, comme dans le reste de la Loire, est un moyen de transport idéal pour découvrir cet univers pétri de calme.  

Au fil des saisons

La Brenne jongle voluptueusement avec les saisons. Le printemps explose de couleurs. La flore, riche de 1599 espèces végétales dont 46 sortes d’orchidées, enluminent landes et roselières jusqu’au bout de l’été. Les oiseaux migrateurs revenus d’Afrique, prennent leur quartier à la barbe des Cistudes d’Europe dont l’importante population fait la fierté de la Maison de la Nature, observatoire blotti en bordure de l’étang qui porte le nom de ces petites tortues. C’est là que tous les visiteurs, néophytes ou ornithologues confirmés, viennent dès leur arrivée dans la région pour connaître les meilleurs sites du moment. Il y a un petit parcours d’exposition poétique nommé «Mission Guifette moustac» et une équipe de naturalistes toujours prêts à guider… Leur champion est un Britannique nommé Tony Williams qui vit, travaille et guide en Brenne depuis 25 ans. Zoologiste passionné des oiseaux, il est capable de conter, drôle et impudique, la vie intime de tous les êtres qui se cachent aux alentours. À l’automne, le silence est quelquefois déchiré par les détonations des chasseurs. Et surtout, lentement, l’eau des étangs baisse et pour se vider l’hiver venu. Les poissons sont ainsi pêchés d’octobre à mars selon des méthodes inchangées depuis des siècles. Les bondes sont levées et les poissons massés devant sont cueillis avec des filanches, sorte d’épuisette sans manche typiquement brennoise.

Survol initiatique

Près de l’étang de la Gabrière, j’ai délaissé ma bicyclette à Dep’Ane, dans le village de Temple. Frédéric Beau y a élevé des ânes bâtés, bichonnés comme des enfants gâtés. Il propose des promenades en leur tendre compagnie. Et quand on est petit marcheur, l’âne devient la carotte qui fait avancer… C’est vraiment magique ! En revanche, bonne cavalière, j’ai trouvé un super manège dans les forêts de Fontgombault. Karen Lauron, guide équestre, m’emmène pour une balade pleine de surprises traversant notamment une forêt enchantée totalement couverte de lichen et de mousse verte. Prochain arrêt de la vallée de la Creuse, à l’aéroclub de Blanc. Nous avons rendez-vous avec Michel Merlaud et son Robin DR-400, un petit avion 3/4 places entretenu avec amour pour des vols d’initiation. Ciel bleu et vent calme, les conditions idéales… Le cockpit est scellé, les casques bien arrimés sur nos oreilles. Est-il vrai que tout est plus beau vu du ciel? A 200km/h de vitesse moyenne et à une altitude de 1000/1500 pieds, nous survolons au gré de nos caprices de photographes le plus beau des paysages entrevus ces dernières années… Sommes-nous 100% objectifs? On vous permet d’en douter. L’expérience est follement exaltante. Un cadeau inouï venu du ciel… Combien de vocation naissent là-haut? En tous cas, on se souviendra longtemps de ce coup d’adrénaline et de ces patchworks vert et bleu, paysages de Loire atypiques et pourtant constellés de châteaux et manoirs qui, en Brenne, sont presque toujours invisibles de la route. Vu du ciel, rien n’échappe aux regards… Nous avons terminé notre séjour en «Petite Brenne», à Ingrandes, testant les charmes du Manoir de Saint-Victor. Marie vit seule dans cette demeure bourgeoise et élégante comme elle dont le goût exquis donne âme à toute chose. Son sourire, son accueil ont la même chaleur envoûtante que sa table d’hôtes. Depuis la sortie du «bois des fées» traversé avec Karen, un sort nous aurait-il été jeté? Sous le charme de cette région étonnement si peu fréquentée, nous nous promettons de revenir sans tarder…

Spécialité du terroir a la maison du parc, le bouchet

Spécialité du terroir a la maison du parc, le bouchet

La Brenne pratique

Infos : CRT Centre - Val de Loire : www.loirevalleytourism.com

Maison du Parc +33 2 54 28 12 13 - www.parc-naturel-brenne.fr

Y aller

En train. Paris (Austerlitz)-Châteauroux : TGV 1h55 - www.b-europe.com & voyages-sncf.com

Puis louer une voiture (bureau AVIS en gare) pour sillonner la région (ou emporter ses vélos!) www.avis.fr / .be

Y loger (adresses testées)

-Chambres d’hôtes Brenne & Berry (Dirk & Marleen Van den Berghen), Le Petit Aslon, à Lingé. +33 6 74 84 08 00. Table d’Hôtes. (Typique longère, maison du pays en pleine nature. Convivialité avant tout)

http://www.coeurdebrenne.fr/a-voir-a-faire/ou-dormir/chambres-dhotes/

-B&B Domaine de la Crapaudine (Max & Thierry), à Rosnay. +33 7 86 87 18 50. www.domaine-de-la-crapaudine.fr Tables d’hôtes. (Raffinement cette vaste et paisible demeure historique au centre du village.)

-Manoir de Saint-Victor, (Marie Rouet-Grandclément) lieudit La Grand Maison à Ingrandes. +33 6 03 81 51 37. www.saintvictorlagrandmaison.com (Un petit castel au milieu des bois avec deux tourelles, une piscine et un beau jardin)

À voir & A faire

-Survol de la Brenne, vols d’initiation & découverte. Aéroclub du Blanc, Les Bergereaux, Le Blanc. Michel Merlaud +33 2 54 37 09 18. www.aeroclubdublanc.sitew.com (201€/h - 2/3 pers)

-Dep’Ane, découverte de la région en compagnie d’ânes bâtés, à Temples. + 33 6 78 41 56 85. www.depanebrenne.com 

-Centre équestre Les Bouiges à Fontgombault (Karen Lauron) +33 679 74 88 77. 

-Authentique chèvrerie, trois jeunes producteurs passionnés du célèbre « Pouligny-Saint-Pierre » à Les Auzannes, Fontgombault. +33 2 54 28 09 61. Visite, dégustation et vente.

-La Maison du Fromage, 5 rue de la Fosse Bourreau à Pouligny-Saint-Pierre. Pour déguster les fromages de chèvre et diverses délicatesses locales. +33 2 54 28 09 67. www.maisondufromage.fr