Vosges alsaciennes : Plaisirs et mystères au cœur de l’hiver

C’est encore l’Alsace des Presskopf et Kouglof, mais elle s’éloigne des clichés... Tout en rondeurs, ses monts et vallées sillonnent une ligne de faille où le schiste surgit d’un océan de grès. Ses paysages spectaculaires alternent des roches sculpturales, un arc-en-ciel de couleurs et des vibrations de bien-être totalement inouïes. Une nature généreuse qui offre au cœur de l’hiver un divin refuge revigorant nos cinq sens.

Texte et photos : Sophie Dauwe & Jean-Jacques Serol

RANDONNEES SANS FAIM

Avec 17.000 km de sentiers balisés, l’Alsace est reine pour les amoureux de randonnée. L’est du Massif Vosgien bordant la vallée du Haut-Rhin correspond à ce que l’on appelle les Vosges alsaciennes. Ces dernières concentrent parmi les plus belles et les plus méconnues des invitations aux marcheurs. Châteaux forts et sites mystiques ponctuent chaque promenade comme par enchantement. La magie opère dès La Petite Pierre, facile d’accès, à 18 km déjà de la E25 (dir. Strasbourg). Lieu de passage depuis les Celtes, à la lisière de l’Alsace et de la Lorraine, ce village est perché sur un éperon rocheux où le rose et le vert s’entrelacent de façon hypnotique. Un improbable château le coiffe depuis l’époque romane, affichant ses ajouts de toutes époques et des fortifications signées Vauban. Tout autour, des circuits pédestres et VTT lézardent en boucle, permettant entre autres de savourer les vers, un peu vite qualifiés hermétiques du pourtant sublime poète René Char qui ornent les forêts parsemées de jardinets ceints de murs envahis de mousses et de lichens, tous ouverts au public. Des GR linéaires aussi, dont la plus célèbre fonce droit (1h30) par le Rocher du Corbeau jusqu’au village de Graufthal lovée contre des falaises roses. Restent d’une abbaye bénédictine, les anciens entrepôts des moines taillés dans la roche… Intrigante habitation troglodyte badigeonnée de bleu électrique devenu musée depuis 1984, il rend hommage à la dernière occupante, Catherine Otterman.

Quittant peu à peu le Parc Naturel régional des Vosges du Nord (l’un des plus anciens de France), 77 km plus au sud explorez également la Vallée de la Bruche. Ses fermes et demeures colorées abritent tout « sous un même toit » comme leurs sœurs vosgiennes. C’est un univers rural peuplé de 1001 contes et légendes où les sorcières dansent autour des feux par nuit de pleine lune… De délicieuses surprises attendent les voyageurs car, comme à La Petite Pierre, on y trouve aussi de merveilleux hôtels et restaurants qui possèdent le secret de vous retenir captifs.


SPA, WELLNESS & COCOONING

La famille Strohmenger s’est établie dans une Clairière de la Petite Pierre pour y ouvrir un hôtel en 1981. Un établissement qui n’a cessé de s’étoffer au fil des ans jusqu’à la reprise en 2003 par les deux filles, Lisbeth et Kareen. Aujourd’hui, transformé en centre de Wellness Bio, cet hôtel-restaurant avec aussi une cuisine bio, énergique et inventive fait partie des haltes incontournables au cœur de l’hiver. Son Spa, beau, complet et excellemment conçu (avec piscines intérieure et extérieure) ainsi que les soins proposés dans une pure démarche holistique (cosmétiques du Dr Hauschka) vous ancrent efficacement dans un art de vivre au plus proche de leur belle nature environnante.

Dans la vallée de la Bruche, c’est un Relais & Châteaux nommé La Cheneaudière en souvenir du « pré à cheneaux* » sur lequel il a été bâti en 1973 qui brille sur les hauteurs du village de Colroy-la-Roche. Établissement familial d’excellence, aujourd’hui dirigé par Mireille François et son fils Nicolas, on s’y sent à l’abri comme à bord d’un navire élégant et raffiné. Le Spa en cours de transformation depuis deux ans donnera jour en juin 2013 à un vaste centre de Wellness sur trois étages lumineux et totalement novateur. Deux mille mètres carrés au total et une vision loin de tous les stéréotypes ne manqueront pas de surprendre les clients les plus exigeants. Même les produits de soin seront des compositions maison, inspirées par les innombrables plantes et produits du terroir des alentours…


PARADIS DES GASTRONOMES

Daniel Stein et Roger Bouhassoun, les chefs de la Cheneaudière rayonnent comme des chats près d’un poêle en hiver. Les clients —beaucoup d’habitués de la région— savourent leurs mets dans un silence feutré comme du temps du Marcel François, le fondateur féru de gastronomie dont nombre de plats « signature » figurent encore sur la carte. ‘Faut dire que ces Vosges alsaciennes regorgent de fermes, d’agriculteurs et petits producteurs passionnés chérissant leur patrimoine. L’un des itinéraires des gourmets ferait ainsi une première halte dans Les Jardins d’Utopie à Petite Pierre. Pauline et sa fille règnent ici comme des fées dans un petit antre poétique et intemporel, à la fois boutique, salle de spectacles et salon de thé où l’on déguste d’incroyables pâtisseries. On fait ensuite un arrêt à Struth pour dévaliser ce Rucher des Vosges du Nord dont le miel de sapin est à tomber ! Dans la vallée de la Bruche, non loin du Musée Oberlin (pasteur pionnier de la pédagogie aux tout petits, et bien plus… Sa vie est un roman, son musée un must pour les familles), on peut déjeuner dans des « fermes auberges » comme celle du Col de la Perheux. Dans les pâturages de ce plateau aux vibrations mystiques, on admire les belles vaches vosgiennes blanches et noires. Plus loin, dans les fermes comme celle de Nicole Lignel à Belmont ou celle d’Emmanuelle et Gabriel à Bourg Bruche, on déguste des tommes et munsters qui flattent les papilles comme jamais. On y trouve aussi une harmonie que l’on pensait purement onirique où des femmes murmurent à l’oreille de leurs chèvres, des chèvres éprises des belles Vosgiennes et des Vosgiennes lovées dans la paille en  réchauffant délicatement toute une portée de chatons ! Dans un tel pays, n’est-il pas normal que tout semble meilleur ?


PLAISIRS D’HIVER

Bien sûr, les vallées d’ici ne se comparent pas à celles des Alpes. Mais dans les Vosges dont les vieux monts érodés naviguent avec peine au-dessus des 1000m, on trouve plus d’un domaine skiable. Dans sa partie alsacienne, le Champ du Feu est la « station ». Modeste, elle se prête avec grandeur pourtant à tous les plaisirs d’hiver dès qu’il revêt son blanc manteau (dès cet hiver, garanti grâce à 38 enneigeurs tout neufs !). Quelques chalets-auberges et une tour énigmatique en forment le cœur, mais la plupart des gens –venus en voiture- se logent dans les villages des environs.  Balade en raquettes, luge Tubbing, nuitée en igloo égaient les séjours sans voler la vedette au ski de fond et alpin qui disposent chacun d’une quinzaine de pistes sur divers domaines aux noms chantants. Les paysages féeriques ont depuis longtemps conquis le cœur de nombreuses familles qui, d’années en années, trouvent ici un bonheur inégalé. Le Champ du Feu est aussi idéal pour les ados néophytes du Snowboard et Snowblade. Puis, il y a non loin, le Donon, un site sacré empreint de mystères qui interroge l’imaginaire depuis des temps reculés. Outre l’emblématique Temple-Musée (1869), quelques ruines et des panoramas à couper le souffle, c’est également un site de randonnée et de ski de fond avec 66 km d’itinéraires balisés situés entre 650 et 950 m d’altitude. Enfin, des prestataires privés proposent en divers endroits des sorties avec des chiens de traîneaux, la preuve s’il en fallait que les plaisirs d’hivers se déclinent ici sous des formes nombreuses et variées !

*Cheneaux : petits chênes

ALSACE PRATIQUE

Tourisme en Alsace www.tourimsme-alsace.com

OT & Maison du Pays de la Petite Pierre +33 3 88 70 42 30 & 07

www.cc-paysdelapetitepierre.fr

www.ot-paysdelapetitepierre.fr

OT Haute Vallée de la Bruche +33 3 88 47 18 51 www.hautebruche.com

Info Domaine skiable Champ du Feu  +33 3 88 97 30 53 www.lechampdufeu-ski.com

Escapades avec Chiens de traîneaux Esca’pattes Blanche via l’OT de Raon l'Etapewww.ot-raon.fr

Musée Oberlin à Walderbachwww.musee-oberlin.eu

Y aller : 4h de route au départ de Bruxelles

Loger :

-La Clairière****, 63 Route d’Ingwiller, La Petite Pierre. +33 3 88 71 75 00 www.la-clairiere.com

Ch. Double (literie bio) pt déj & accès au spa, cours Qi Cong… inclus : àpd 222 €. Divers 5 /7 /10 nuits programme Pure relaxation, Detox Complet, Weight Balance… àpd 1065 €/pers.

-La Belle Vue***, 36 rue Principale, Saulxures. +33 3 88 97 60 23 www.la-belle-vue.com

Excellent restaurant. Ch. Double pt déj inclus : àpd 96 €. Forfait Dégustation, Randonnées (2 nuitées en ch. Double, ½ pension + cartes & snack de rando àpd 204 €/pers)

-Hostellerie de la Cheneaudière****, 3 rue du Vieux Moulin, Colroy-la-Roche. +33 3 88 97 61 64 www.cheneaudiere.com

Ch. Double pt déj & accès au spa inclus : àpd 145/200 €. Divers forfaits « Week-end » (2 nuits en ch. Double, dîner 5 plats, pt déj, accès spa & soin corps 30’ : àpd 285 €/p.pers), Gourmand (1 nuit : 225 €/pers)


Update

on 2013-05-18 10:43

Le chanteur belge ARNO en tête d'affiche au Festival "Décibulles" à Neuve-Eglise

© Danny Willems

© Danny Willems

Devenu en 20 ans le plus grand festival de rock en plein-air d’Alsace, « Décibulles » accueille cette année, pour la  deuxième fois, le chanteur belge Arno.

Arno, qui sera sur scène le samedi 13 juillet, avait déjà fait un passage remarqué en 2003. Détenteur  d’une discographie d’une grande richesse, il présentera son dernier album  «Future Vintage», nourri de ses observations de la  société.

L’idée de réunir une affiche musicale éclectique dans  le petit village de  Neuve-Eglise, dans la vallée de Villé en Alsace, est  née en 1992. Depuis, ce petit village de quelques 600 habitants se  transforme, chaque été, en un haut lieu du rock et de la culture. Il a vu  défiler quantité d’artistes connus ou en passe de le devenir, des groupes de  renommée internationale et nationale, des artistes émergents aussi bien que  des talents régionaux.

En 20 ans, « Décibulles » est toujours resté fidèle  à l’esprit de départ : celui d’une grande fête, ouvert à tous, un lieu de  retrouvailles entre amis autour d’une bière originale, un lieu d’échanges,  dans un environnement convivial et bucolique. Du reggae au  hip-hop, du rock à l’électro ou du folk à la chanson… chacun y trouvera son  compte. Chaque jour sera ouvert par un des 3 gagnants du Tremplin Décibulles  2013.

Décibulles - Affiche.JPG

Vendredi 12 juillet 2013 - de 17h   à 3h du  matin.

Alpha  Blondy (reggae) – Côte d’Ivoire

Patrice (reggae soul) -  Allemagne

Morgan Heritage (reggae) – Etats-Unis

Dope D.O.D. (hip hop  dubstep) – Pays-Bas

Maniacx (hip hop) - France

The Last Target  (garage) – Vainqueur Tremplin Décibulles 2013 

Samedi 13  juillet 2013 - De 17h  à 3h du matin

SKA-P (ska punk) – Espagne 

Etienne De Crecy  présente Beats'n'cubes (electro) - France

Arno (chanson rock) -  Belgique

Triggerfinger (rock) - Belgique

Carbon Airways (electro) -  France

The Walk (rock) – Vainqueur Tremplin Décibulles  2013

Dimanche 14  juillet 2013 - de 15h  à 1h du  matin

Les  Cowboys Fringants (chanson) - Québec

Imany (chanson soul) -  France

Deluxe (electro groove) - France

Theodore, Paul & Gabriel  (folk) - France

Ernest (chanson) – Vainqueur Tremplin Décibulles  2013

Arts de la rue et Impromptus  musicaux

« Décibulles » se veut résolument créateur de liens et  de culture. A côté des concerts, les arts de la rue et les impromptus  musicaux occupent une place de choix avec fanfares, one-man band, crieur  public, math-rock, théâtre déambulatoire ou encore shows burlesque et  musicaux, sans oublier les expositions photos.

Clôture –  Un spectacle aérien avec la Cie Transe Express

Et, pour clôturer  ces 3 jours de liesse musicale, un extraordinaire spectacle  aérien.

Imaginez un mobile fait de tambours-majors en chair et en os. Le  tout accroché sous une arche, une voûte soulevé par une grue… Imaginez  qu’une frêle trapéziste vienne évoluer au beau milieu de cette grappe  aérienne et semer un vent de folie de son gracieux ballant... Imaginez les  battements onctueux, les rasades stridentes et les roulements sourds  distillés par ce sextet de tambours  célestes...

www.decibulles.com

Tweeter!