PORTUGAL : de Porto à Lisbonne

Où aller en vacances avec un chien de 15 ans que nous ne voulons plus mettre en pension et un ado lui aussi de 15 ans ? Si le chien n’a pas de préférence tant qu’il est avec nous... L’ado adore une région où il y a beaucoup à visiter, de préférence avec plein de belles villes. Hé oui, il est à l’âge où on adore flâner, remarquer autant que se faire remarquer, et imprégner son cerveau de milliers images.

Texte et Photos : © Kathleen Marchal

Il y a 7 ans, nous sommes tombés amoureux du nord du Portugal. Bien décidés d’y retourner, nous avons opté cette année pour la région plus au sud entre Porto et Lisbonne. Beaucoup de recherches plus tard, nous réservons une petite maison à la campagne, près de Figueiró dos Vinhos. Une petite ville à l'intérieur des terres, stratégiquement située à mi-chemin entre les deux grandes villes que nous nous étions assigné. Le quartier où nous logeons, nommé Quinta do Sobral, est un ensemble de quelques maisons tenues par un couple d’Allemands, entourées d’oliviers, de vignes, de citronniers et d’orangers. Brigitte nous a accueillis dans sa 'casa' avec beaucoup de chaleur et guidés habillement vers les trésors des alentours.

Salut, c'est moi Kathleen, ici sur la plage de NAzaré  -  © K. Marchal

Salut, c'est moi Kathleen, ici sur la plage de NAzaré  -  © K. Marchal

Car la région est effectivement d'une richesse culturelle inouïe. Les couvents de Batalha, Alcobaça et Tomar sont des merveilles architecturales classées par l’Unesco. En plus à Tomar, notre chien Tommy a pu rentrer sans aucun problème. Lui aussi semblait impressionné par les azulejos (célèbres carrelages de faïences décorées d'origine mauresque, présents un peu partout sur la péninsule ibérique, mais particulièrement beaux à Lisbonne et alentours) sur les murs de ce couvent à trois étages !  A Aveiro, la "Venise du Portugal", des moliceiros circulent sur les canaux. Un tour sur ces bateaux décorés nous change un peu de notre train-train des vacances. En face du Mercado do Peixe, au centre de la petite ville, les meilleurs poissons grillés sont servis... 

Au bonheur des sardines

Jean-Luc, mon mari est un vrai carnivore, mais ces vacances, il a découvert comme nous tous le bonheur de manger poissons et de crustacés lorsqu'ils sont vraiment frais. A chaque coin de rue, se trouvent de délicieuses sardines grillées (7€ pour 4 pièces!) que nous dégustons avec de la sangria (rouge ou noir). Nathan, lui, descend des Ice Tea Manga, Limão, au prix qu’on les achète en grande surface. Oui, la crise économique est bien présente au Portugal, mais les gens ne se plaignent pas. Respectueux d'une tradition bien ancrée, ils se contentent de cultiver leurs fruits et leurs légumes, quelques olives et du raisin pour fabriquer leur vin. Comment mieux aider ce peuple chaleureux, qu’en visitant ce beau pays et en savourant ses délices ? Beaucoup de Français ont déjà trouvé le chemin du Portugal, notamment sur la plage de Nazaré. Après avoir lézardé sur les rivages, on explore les hauteurs qui nous enlacent. Dommage que notre boule de poil ait dû être enfermée dans une cage pour prendre le funiculaire jusqu’au sommet de la falaise, mais une vue spectaculaire nous y attendait. Je m'y serais bien construit un petit nid d’amour…

Coimbra est une ville universitaire très pétillante le long du fleuve Mondego. Nous avons adoré visiter les bâtiments de l’ancienne université et surtout la fameuse bibliothèque, véritable sanctuaire de la littérature. Sur la route se trouve Conimbriga, un site archéologique. Ils sont rares au Portugal -sans doute reste-t-il beaucoup à excaver, mais on peut y admirer les nombreuses mosaïques, fondations de maisons et surtout la Maison des Fontaines ! A ce stade, vous vous demandez peut-être si mon ado n’en avait pas assez de toutes ces visites ? Hé bien non, car nous nous ménagions aussi des tranches de farniente. Vers 16h, nous enfilons les maillots et profitons de la belle piscine à Quinta do Sobral. Moi, dans mon transat, pianotant sur ma tablette et préparant les derniers détails de notre prochaine étape : Lisbonne !

Sur la route de Lisboa

C'est ainsi que que nous avons fait halte 30 km avant Lisbonne à Sintra. C'était tellement différent de ce que nous avions vu jusqu’à présent. Au cœur du centre historique : le palais national. On le reconnaît de loin grâce aux deux cheminées coniques de la cuisine. Une promenade au hasard dans les ruelles étroites puis hop, en route jusqu’au palais de Pena. C'est en dehors du centre, au sommet d'une butte entourée d'un dense océan de verdure (200 hectares de parc national). En plein été, il faut être courageux pour y monter à pied.  Même si, arrivé là-haut, la vision de ce palais jaune, rouge et bleu mêlant tous les styles architecturaux — mauresque, baroque, gothique, Renaissance et manuéli- récompense tous les efforts. Féérie et mystères. Dans le lointain, la mer scintille…

Palais de Pena, non loin de Sintra © K. Marchal

Palais de Pena, non loin de Sintra © K. Marchal

Totalement séduits, les images de Pena dansent encore dans notre tête tandis que nous poursuivons notre route jusqu’à la capitale. Nous y avons réservé un second nid dans The Lisbonaire Apartments. Tout est parfaitement orchestré! J’ai reçu par mail les codes d’accès pour le bâtiment, l’appartement et le garage. L’appartement est moderne et super équipé : lave-vaisselle, machine à laver, fer à repasser, toaster, frigo et congel'… tout y est. Mais si on loge au centre du Bairro Alto, le plus pittoresque quartier de la ville bâti au XVIe sur un plan à peu près octogonal, autant l'explorer à fond et aller manger dans les restos qui nous entourent. Depuis les années 20, c'est le haut quartier de Lisboa, il concentre d'innombrables bars, restaurants, maisons de fado, animé de jour comme, surtout, de nuit! Pour visiter tout Lisbonne, je pense qu’il faut minimum 4 jours. Malheureusement, nous sommes restés que 2 jours. Alors, nous avons foncé vers les incontournables : Bélem et sa tour qui évoque le temps des grands explorateurs... De la Praça do Comércio, le tram 15 y mène facilement. Mais trop de monde l’attendait, alors un tuktuk nous a sauvé la vie en nous proposant le trajet à 5€ par personne. En plus, à chaque feu rouge, le chauffeur nous contait la ville !  Lorsqu'on a peu de temps, on se doit de rendre hommage au Mosteiro dos Jerónimos, un monastère de l'Ordre de Saint-Jérôme qui symbolise à lui seul toute de la richesse architecturale du Portugal. Un peu plus loin, on découvre avec bonheur le Pasteis de Bélem (R. Belém 84-92).  Cette boulangerie, inchangée depuis 19e siècle, vend de fameuses et délicieuses tartelettes. Mais attention, avec 20.000 pièces vendues par jour, la file est longue et on s'arme de patience... 

Le lendemain, nous parcourons les ruelles et escaliers pour monter vers le Castelo. Chats, graffitis, ouvriers, vieilles femmes habillées en noir, on a fini par se fondre dans ce paysage de carte postale jusqu'à…   Alfama, l'un des plus anciens quartiers de la ville. Il ressemble à un village et en a gardé la mentalité. Entre le Castelo de São Jorge et le Tage, sont concentrés nombre de restaurants et de bars à fado. C'est là-bas que nous mangeons une dernière fois des poissons grillés au son de cette musique si mélancolique. Pour nous, elle a l’avant-goût de la fin des vacances…

En Pratique

Infos : Visit Portugal (fr) - Visit Lisbonne - Portugalmania - Hotel-Portugal (infos touristiques aussi) - OT Porto

NB: à Lisbonne, il y a réellement des 'Tuk Tuk' comme en Asie. tuk-tuk-lisboa

Y aller : Vols AR Bruxelles (ou autres villes de France - Lisbonne / Porto : à pad 30/40 € avec Vueling - Raynair - EasyJet

Y loger : Non, il n'y a pas que booking & airbnb, Kathleen a trouvé son bonheur à petit prix sur www.quintadosobral.com et www.lisbonaire.com 

A emporter : Le Guide Vert Portugal Michelin (Février 2014)