BD : Allo Pigalle 62.27

Loustal nous emmène dans le Paris des années 50 : Expositions à Bruxelles et à Paris + un album "événement"

Pigalle62.27001.jpg

Un nouvel album signé Loustal est sorti chez Casterman, son fidèle éditeur, un « événement » car sa sortie est jumelée d’une double exposition des planches de ce nouvel opus magistral à la Galerie Champaka à Bruxelles et chez Barbier & Mathon (spécialiste d’originaux BD) à Paris.

Mais ne rêvez pas, ce ne sera pas le buzz d’un nouveau XIII, IRS ou autres séries à succès… Cependant Jacques de Loustal possède son fan-club, des amoureux de son œuvre picturale et du choix de ses scénaristes ; cette fois le dessinateur Götting !

« Jean-Claude Götting est un ami de longue date dont j’estime énormément le travail. Je lui ai demandé de m’écrire une histoire et quand il me la présenta, ma première réaction fut de lui dire « mais cette histoire est pour toi ! ». Sur son insistance, je me suis pourtant lancé dans le storyboard et tout a coulé tranquillement. C’était un peu étrange de travailler pour un autre dessinateur, mais il n’y eu aucun problème si ce n’est les habituels « calages » de textes et suggestions de chacune des parties. J’ai ajouté la scène prologue du suicide car je trouve que c’est intéressant de commencer l’histoire par ces trois planches vides de textes.

Pigalle62.27003.jpg

J’ai pris beaucoup de plaisir à travailler cette intrigue, d’abord parce que j’adore cette époque fin des années cinquante qui me permet une recréation d’après mes souvenirs, j’y retrouve l’univers des films que j’ai regardé dans mon enfance. Je me souviens parfaitement par exemple de BOB le flambeur de Jean-Pierre Melville, une série B à la française qui m’avait fait découvrir l’univers des petites racailles propre à ce quartier parisien.

Pigalle 62.27, c’est un numéro de téléphone comme on les composait dans ces années-là. Sa simple prononciation vous plonge déjà dans cette autre dimension. C’est aussi la seule piste de départ qui va permettre au jeune Antoine, provincial Auxerrois, de remonter jusqu'à Robert Mondcamp truands de seconde zone responsable de la mort de son père. De là, découle la découverte de Paris, de ce milieu de petites crapules, la rencontre avec Betty, un travesti dont il tombera plus ou moins amoureux. »

On ne peut qu’aimer la fluidité de ce récit et la beauté veloutée du dessin qui s’offre tout en douceur aux lecteurs après des histoires très dures scénarisées magistralement par Paringaux tel que « Le sang des voyous ». Jacques de Loustal s’était littéralement promené dans ce récit.

Pigalle62.27002.jpg

Autres points forts de Pigalle 62.27, les détails des personnages composés par Jean-Claude Götting, comme ces saignements de nez inexpliqués du héros qui pourraient symboliser son passage à l’âge adulte et sa prise en main. Les intérieurs simples des chambres d’hôtel évoluant avec la montée dans la hiérarchie du héros, les ambiances de bistrots et de salles de billard... Enfin, quelle merveille de découpage et quelle symphonie des couleurs, des gouachesmaîtrisées de main de maître, personnelles et percutantes, comme toujours chez Loustal….

Pigalle 62,27, Loustal & Götting, 72 pages, Casterman

(sorti le 26 septembre 2012).

Prix conseillé : 15 €.

ISBN : 2203047925

©JJ SEROL_2491web.jpg

A propos des expositions :

A Bruxelles :

Galerie Champaka : « Pigalle 62,27 » Astucieux mélange de planches de cet album et de celui du Sang des voyous, une exposition où Loustal  expose en plus quelques inédits  complétant sa vision des années 50… L’impression qui s’en dégage est une agréable promenade cinématographique, oscillant entre le noir et blanc et la couleur. Un univers agrémenté de quelques « pin up » fort troublantes. A voir jusqu’au 21 octobre 2012.

Ouvert lundi & mardi : sur RV (+ 32 (0)475.26.94.08), du mercredi au samedi de 11h à 18h30. Dimanche : de 10h30 à 13h30.

27 rue Ernest Allard, 1000 Bruxelles

+32 (0)2.514.91.52

www.galeriechampaka.com

©JJSEROL_2482web.jpg

Galerie Champaka © JJ Serol

A Paris :

Galerie Barbier & Mathon : « Autour de Pigalle » avec comme à Bruxelles des planches originales et des inédits… A voir du 12 octobre au 31 octobre 2012. Vernissage le 11 octobre à partir de 19h en présence de l’artiste.

Ouvert du mercredi au samedi de 14h à 19h30 et sur RV

10 rue Choron, 75009 Paris

+33 (0)6.80.06.29.95

Métro : Notre Dame de Lorette

barbiermathon.com