Double Exposition & Monographie Champaka : Ted Benoît

« Camera Obscura » Vers la Ligne Claire et Retour… 

De Bruxelles à Paris et retour, Champaka rend un double hommage à une montagne du 9e Art : Ted Benoît. 

©JJ Serol2319.jpg

© JJ SerolPlonger dans l’œuvre de Ted Benoît, révéler la finesse de son art, en offrir une vision globale et aussi claire que ses coups de crayons ; l’idée était simple, mais étonnamment personne n’y avait pensé !

A Bruxelles connu comme éditeur depuis 1984, Champaka avait ensuite offert à la bande dessinée sa galerie d’art dans le prestigieux quartier du Sablon. Depuis le 18 avril 2013 désormais, Paris aussi dispose, 67 rue Quimcanpoix (3e Arr.), non loin de Beaubourg, une deuxième et vaste galerie Champaka proportionnelle à ce nouveau marché. Eric Verhoets, son directeur, frappe fort et se porte plus que jamais en héraut de la bande dessinée comme Art majeur. Pour inaugurer ce nouvel espace et illustrer son ambition, l’éditeur et galeriste, a choisi l’auteur français Ted Benoît. En éditant d’abord un imposant ouvrage… «Camera Obscura» Vers la Ligne Claire et Retour reprend chronologiquement le travail de celui que l’on considère à juste titre comme l’un des fondateurs de la nouvelle ligne claire. Mais qu’entent-on exactement par cette désignation ?

Ted Benoit la décrit ainsi: «Si Hergé est incontestablement le créateur de la ligne claire, on peut comparer notre mouvement à celui du cinéma de la nouvelle vague française. C’est une évolution nécessaire due essentiellement à l’émergence de jeunes auteurs avec une nouvelle philosophie et une manière de vivre en accord avec leur époque. Joost Swarte, auteur hollandais qui le premier a caractérisé l’œuvre d’Hergé de ‘Ligne Claire’ (Amsterdam, 1977), lui donnera le nom très logique de ‘Ligne Claire Post Moderne’.»

CP-CameraObscura2013.jpg

À propos du livre retraçant sa carrière, l’auteur parle avec passion. «Dans la mesure où il faut l’appréhender telle une monographie et surtout pas, une anthologie, l’idée m’a séduite d’emblée. Car le livre reprend des histoires épuisées en librairie —et en y joignant des planches non parues en album— telle que Hôpital, Bingo Bongo ou encore L’homme qui ne  transpirait pas… Il retrace ainsi fort bien mon évolution artistique. Mes débuts dans la BD ont surtout été influencé par l’Underground américain avec des auteurs comme Robert Crumb qui me fascinaient par leurs totales libertés de style et leurs histoires délirantes. Ensuite, je pense qu’avec Chaland et Swarte, nous avons pris le relais de nos prédécesseurs car si le style est globalement le même, la manière d’écrire, le contenu scénaristique, les dialogues, le découpage… sont totalement différents. C’est Chaland qui m’a appris la technique du pinceau que je continue d’appliquer.»

Quand on pense à vous, Ted Benoit, on vous associe directement à la série Ray Banana.

«  Oui, Ray, c’est le mélange d’un maffioso avec une gueule d’ange. Il exprime parfois ce que je n’ose pas dire, il balade son antinomie philosophique dans les albums et continue aussi sur la toile… »

Et à propos des deux reprises de Blake et Mortimer scénarisées par Jean Van Hamme ?

« Ce fut pour moi une belle aventure de travailler sur ces deux héros. Là aussi, j’ai utilisé le pinceau, mais pour les décors ­—part importante de l’œuvre de Jacobs, j’ai opté pour la plume, plus précise. Après deux albums, j’ai renoncé par manque de temps surtout. En fin de compte, je produis très peu de BD. J’aime prendre mon temps et le troisième scénario que l’on m’a proposé ne m’a pas franchement emballé. Donc j’ai dit stop. »

Dans cette monographie scindée en 11 volets, il faut s’attarder sur les pages de textes. Leur contenu est fort et entre toutes les informations graphiques reçues dans les dessins, ils permettent de reprendre son souffle pour mieux apprécier ce que l’on vient de (re)découvrir et ce qui nous attend encore…

Quant aux expositions, elles sont superbes… Que dire d’autre ! L’idéal, c’est de se faire un vrai plaisir et de prendre un aller-retour Paris Bruxelles.  Eric Verhoest a eu la main heureuse dans la répartition des œuvres exposées et les deux expositions sont indissociables. Planches originales et éditions pigmentaires limitées vous guideront dans une promenade édifiante.  La différence ? Le nouvel espace parisien de Champaka Paris est éminemment plus grand, s’étalant sur 150 m2, tout plaisir... 

LE LIVRE

« Camera Obscura » Vers la ligne claire et retour

Editions Champaka Brussels (sorti le 05 avril 2013)

225 pages, Prix conseillé : 35,00 €

ISBN : 9782930142135 

EXPOSITIONS

Champaka Bruxelles : 27 rue Ernest Allard 27, 1000 Bruxelles du 17/04 au 5/05

Champaka Paris : 67 rue Quincampoix, 75003 Paris du 19/04 au 18/05

www.champaka.be

Réservation Thalys :

www.b-europe.com

WWW.SNCB-EUROPE.COM

WWW.SNCB-EUROPE.FR

Quelques albums majeurs de Ted Benoît :

Vers la ligne Claire (Les Humanoïdes Associés, 1981)

Berceuses Electriques (Ray Banana, T1, 1982, Casterman)

Cité Lumière (Ray Banana, T2, 1986, Casterman)

L’affaire Francis Blake (Blake et Mortimer, T13, 1996)