Lettre ouverte au Père Noël

« Je sais, il est peut-être un peu tôt et je suis sans doute un peu trop ‘grand’, mais tout de même, j’aimerais tenter ma chance… Auriez-vous la gentillesse de déposer dans mon chausson le Tome 7 de "Cadence Infernale" de Pico Bogue par Dominique Roques et Alexis Dormal?

Cadence_infernale_p3

Oui, oui… C’est une BD… Vous n’y connaissez pas grand chose ? Alors, essayez celle-là, je suis sûre que vous l’adorerez… et vous mettrez illico à la recherche des tomes précédents pour illuminer vos dernières soirées calmes avant votre grand rush de décembre. Je gage que pour vous aussi, ce sera désormais ce qu’on appelle une série « culte ». Depuis 7 albums, le petit Pico promène et enchante petits et grands dans son monde d’enfants… Et pourtant… Qui aurait parié, en voyant le premier album paru en 2008 que, cette série ferait autant l’unanimité. Car c’est bien de cela qu’il s’agit tant sont nombreux les niveaux de lecture.

Succès mérité, n’est-il pas? Dominique Roques au scénario nous raconte de vraies histoires ou du moins, elle les raconte tellement bien que l’on s’imagine les avoir vécus. Comment ? En tant que parents, nous avons tous été confrontés aux questions insidieuses de nos enfants. Puis en tant qu’enfants, qui n’est resté coït, devant les réponses de nos parents. Tous veulent avoir le dernier mot. La magie de Dominique Roques, c’est de pouvoir se mettre dans la peau des uns et des autres. Et puis il y a ce dessin tout en rondeurs et douceurs, aux couleurs chaudes, riches en détails d’Alexis Dormal qui entraine le lecteur au-delà des phylactères comme pour mieux en digérer le substance. Dans cette Cadence Infernale, Pico et sa sœur Ana Ana découvre l’étymologie des mots et se les ré-approprie, un régal ! On y va de joutes diverses entre les générations. Pas un page sans au moins un sourire je crois que la mission des deux auteurs est amplement remplie. Ces tranches de vies découpées avec parcimonie sont d’une efficacité redoutables. Le seul truc vraiment infernal dans cet album, c’est de devoir tourner la dernière page.

Cadence_indernale_p5

PS : Une autre succulente réplique pour vous mettre l’eau à la bouche: «J’espère que personne ne pleurera à mon enterrement. Quand on pleure, on se débarrasse d'une toxine qui est dans les larmes. Et je ne veux pas que les gens profitent de ma mort pour se refaire une petite santé ! »

(Chez Dargaud, sorti depuis le 31 octobre)    

SVP, Cher Père Noël, à déposer sous mon sapin de Noël, et celui de tous mes lecteurs…