Cyril Pedrosa, les bouleversants équinoxes de nos consciences

Son album précédent Portugal avait mis tout le monde d’accord, critiques et public, pour le saluer comme une des meilleurs BD de ces dernières années, ce qui est relativement rare! Avec «Les Equinoxes», c’est du lourd ! Plus de 330 pages d’une lecture passionnante, inventive, et surprenante.

Décomposée en 4 tableaux saisonniers, elle débute en automne avec une brève histoire sans parole, comme pour préparer le lecteur à ce qui va suivre. Et ce sera le même principe pour les 3 autres saisons. Avec ou sans dialogue, Pedrosa nous promène dans son monde ou plutôt dans notre monde. Si de prime abord, on craint une lecture difficile et bien trop intellectuelle, on va très vite se passionner pour ces récits émouvants captés comme les clichés de la jeune photographe, finalement le véritable fil rouge de ces histoires qui nous permettent de rencontrer des personnages poignants confrontés à leurs angoisses et leurs tourments. Des tranches de vie qui pourraient être les nôtres. De ces moments dans la vie où tout se tourneboule au point que l’on se demande si on a encore notre place dans ce monde…

En dehors du schéma habituel ‘dessin + phylactères’, Pedrosa n’hésite pas à faire sortir les bulles des cases et à les transformer en pages de lectures ou au contraire, des pages de dessin sans paroles. 

Pendant les équinoxes, la durée du jour égale celle de la nuit, comme si le monde trouvait alors l’équilibre parfait entre l’ombre et la lumière. l’équilibre fugitif, semblable à l’enjeu de nos destinées humaines.

On savoure tout, les pages colorées, les tons pastels, les presque noir et blanc, les pop art ‘pas tout à fait’ pop art. Ce mélange est là encore une des très bonnes idées de Pedrosapour quetoujours relancer la lecture de ces incroyables 330 pages!  Sans cesse, il innove et investit différents modèles. Pedrosa a beaucoupappris de tous les styles qu’il a pu admirer. Jamais il ne les copie. Il s’en est imprégné pour créer SON œuvre. Une œuvre où l’homme passe comme une ombre à travers des décors impressionnants…

Puis surtout, il ne se perd pas dans son histoire et nous offre sans doute LE livre de l’année car il parle aux consciences de notre temps. Il est même permis de penser qu’il deviendra une référence pour les années à venir comme l’est son Portugal depuis quatre ans. Pedrosa est un auteur qui marquera son époque à l’instar d’un Larcenet.

Enfin, il y a la couverture, un tableau magnifique… Rien que pour lui, on a envie d’acheter le livre!

Pedrosa, Les Equinoxes, chez Dupuis Aire Libre. ISBN 978-2-8001-6362-8